J’ai testé pour vous : distiller et goûter de l’eau de vie !…de la gnôle ^^

J’ai testé pour vous : distiller et goûter de l’eau de vie !…de la gnôle ^^
4.69 (93.85%) 13 votes

Comment j’ai pu distiller de l’eau vie ? 

Le contexte

J’étais au fin fond de la campagne traditionnelle du pays Roannais, entre Clermont et Lyon où je faisais un bénévolat d’un mois chez un pote Apiculteur Maraîcher :  Ferme de Bissieux

En France pour distiller de l’alcool, le plus simple est de passer par un distillateur ou être soi-même bouilleur de cru.

Distillateur – définition

C’est un professionnel dont la profession est de distiller les alcools, les eaux-de-vie et autres produits. Il peut avoir son local commercial ou être ambulant / saisonnier.

Bouilleur de cru – définition

C’est une personne qui a le droit de produire soi-même son eau de vie.

Il peut le faire à domicile pour lui et son entourage ou être ambulant en allant de village en village. Mais n’est pas un professionnel, au contraire du distillateur. Il bénéficie d’un « privilège » offert par l’état pour produire les 1 000 premiers degrés d’alcool pur en étant exonéré de taxes.

Le « privilège » ou « droit de bouillir » était traditionnellement offert par l’état aux anciens combattants des grandes guerres (Première, Seconde guerre mondiale, Indochine, etc…) et était ensuite transmissible aux enfants. Mais depuis 1958, l’état a décidé d’arrêter ce privilège (soit disant pour lutter contre l’alcoolisme ^^) et cette tradition va disparaître dans les prochaines années. 

bouilleur de cru traditionnel
bouilleur de cru d antan

Mon pote Benoit a encore le privilège de son grand-père pour pouvoir distiller son eau de vie, mais il le fait faire chez un distillateur (sans être taxé par l’état).

En gros, avec le privilège, il peut aller distiller son eau de vie pour environ 5€ le litre, qu’il paie au distillateur, alors qu’avec les taxes de l’état on arrive vers les 15€…beaucoup moins sympa pour juste se faire ça petite gnôle pour soi ou les copains !

Le distillateur ambulant passe de village en village en début d’année. Il faut donc se tenir informé de la date pour ensuite prendre rendez-vous (comme chez le médecin^^) pour avoir un créneau et venir distiller son eau de vie.

L’air de rien, y’avait la queue pour accéder à l’alambic !!

En ville, personne n’a plus de « privilège » mais dans les campagnes yen a encore quelques-uns. Et vu que le distillateur passe qu’une fois par an, tous les gens de la région débarquent !

sur le terrain pour distiller eau de vie
touiller les fruits fermentés le mout

Autour de l’alambic : une atmosphère surréaliste

On arrive sur le lieu de rdv, un espèce de parking avec une cabane recouverte de bâches immenses où les gens rentraient et sortaient.

Je ne m’attendais pas à avoir une salle d’attente mais je ne pensais pas non plus que le distillateur distillait son eau de vie, à l’arrache sous des bâches en plastique !! Là, j’avoue c’était du typique de chez typique.

De l’extérieur, ça ressemblait plus à un camp de roms qu’à un  lieu où on manipulait un matériel sensible avec de l’eau et de la vapeur sous pression ^^

Mais c’est justement pour ça que l’expérience était encore plus dingue !

entrain de distiller
alex pret de l eau de vie

Quand on rentre à l’intérieur, on se retrouve dans un lieu clos, rempli de vapeur, où il fait chaud, le tout martelé par les bruits assourdissants de l’immense alambic qui se dresse de nous !

L’alambic prend presque toute la place. Il est monté sur de grandes roues pour être transporté à l’aide d’un tracteur (on dépasse pas les 20km/h) pour aller d’un village à l’autre.

Je m’attendais à un petit alambic en aluminium mais c’est en fait une immense machine qui se dresse devant moi. Un mélange de vieille machinerie et de morceaux plus récents (qui à mon avis lui permettent de fonctionner encore aujourd’hui).

Je pensais qu’aller distiller de l’eau de vie, c’était plutôt à la cool. On versais la mixture dans l’alambic et on attend tranquillou que le bidon se remplisse. MAIS NON, pas du tout ! Y’a du monde qui attend et les clients s’enchaînent (c’est pas non plus la foire d’Ampoigne, ya 6 personnes qui attendent quoi ^^).

C’est notre tour et là, l’adrénaline monte, il faut se dépêcher de fournir les fruits fermentés au distillateur, Jean- Louis 47 ans, il en fait 60 ! Son signe distinctif : personne ne comprend la moitié de ce qu’il dit (pas même le mec avec qui il bosse) mais entre son accent local et les vapeurs d’alcool qui pourrait lui en vouloir !

On comprenais peut-être pas les mots qu’il disait, mais en tout cas, on comprenais qu’il fallait se bouger les fesses pour garder la cadence soutenue et envoyer les sots de fruits fermentés !

Mon pote Benoit donnait l’impression de jouer sa vie !

En même temps, c’est 6 mois de préparation (j’en parle plus bas dans l’article) pour 30min où tout se joue pour obtenir son eau de vie : la qualité et la quantité !

cuve alambic
alambic moderne
bouilleur de cru jean louis
versement des fruits fermentés

Les fournées sont finies, nous n’avions plus qu’à attendre le résultat !

Le distillateur nous dit de suite que l’eau de vie n’est pas de grande qualité car les fruits n’ont pas été assez bien préparés…mon pote Benoit était déçu. Du coup, à peine arrivé à la maison, on avait pas d’autres choix que de la goûter cette gnôle, pour savoir si il disait vrai !

Elle était délicieuse cette gnôle !! parfumée, pas trop forte et même pas de mal de crâne le lendemain !

Pourtant pour être vraiment sûr qu’elle était bonne, on en a pris 7 verres ! ^^

dégustation eau de vie entre amis
dégustation eau de vie avec benoit

À partir de quoi fabrique-t-on de l’eau de vie ? 

L’eau de vie se fabrique à partir de la distillation de fruits fermentés.

Le sucre des fruits va se transformer en alcool durant la fermentation. La qualité de l’eau de vie dépend directement de la qualité des fruits utilisés et du bon suivi de la fermentation.

Conseils pour distiller une bonne gnôle

  • sélectionner des fruits sains  : pas véreux
  • utiliser des fruits bien mûrs : mais non plus en fin de vie
  • enlever tous les noyaux

Pour info

– des fruits trop jeunes ont une forte teneur en tanin et créent des défauts dans la fermentation.

– des fruits trop murs forment des pourritures, moisissures, ce qui donnent des résultats médiocres en eau-de-vie.

Comment fabriquer de l’eau de vie ? 

Il y a 3 étapes importantes : 

1. Fermentation des fruits

Il faut stocker les fruits récoltés (suivant les conseils ci-dessus) dans un grand conteneur : les récipients en métal, en matière synthétique (plastique alimentaire) et en verre sont les plus utilisés.

  • remplir entièrement le conteneur en moins de 48h, avant que la fermentation ne débute.
  • entreposer dans un lieu entre 18 et 20 °C (éviter les écarts importants de températures)
  • remuer tous les jours (la première semaine) les fruits en fermentation afin d’accélérer et booster le processus.
  • fermer le conteneur pour empêcher l’air de rentrer (installer un tendeur afin de laisser le gaz s’échapper…sinon ça peut faire boom !^^)

 

Voici un article connaître tous les détails de la fermentation : ici 

fruits fermentés

 2. Distillation de l’eau de vie 

IMPORTANT : en France, il est interdit par la loi de distiller soi-même son alcool ou eau de vie ou de posséder un alambic …après, chacun fait ce qu’il veut ^^

La distillation se fait traditionnellement au bain-marie à l’aide d’un alambic

Il y a 2 tours de chauffe :

  • le premier produit l’alcool léger > 25% d’alcool
  • le second produit le « coeur » > 65% l’alcool qui décape les nasaux !

 

Voici un article qui donne tous les détails et la technique de distillation en alambic

Voici un article qui explique 3 façons de distiller de l’eau de vie soi-même

reservoir alambic
machenerie alambic
eau de vie distillée

3. Vieillissement 

En règle générale, on ne fait vieillir un l’eau de vie dans des fûts en bois, car le but est de la garder fruitée, fraîche et transparent (et non pas ambrée).

On utilise donc principalement des grosses bonbonnes en verre ou directement dans plein de bouteilles en verre.

Il faut les garder à l’abri de la lumière, des écarts de températures sinon il y a un risque de perte d’arôme.

Mais surtout internaute, n’oublie pas que le plus important c’est d’expérimenter, de goûter !…c’est ça le voyage, découvrir chaque jour des nouvelles choses (même à côté de chez soi)

Alex Vizeo
alex@vizeo.net

Créateur de Vizeo.net, je suis parti réaliser mon rêve de faire le tour du monde en solo pendant un an. Durant mon voyage en sac à dos autour du monde, j'ai voulu partager ma passion à travers mon blog de voyage et mes vidéos....et depuis, je ne me suis jamais arrêté ! Mon but, vous montrer que c'est à la portée de tous et vous donner envie de partir à votre tour !

5 Commentaires
  • Merci pour l’info très passionnante

    22 avril 2015 à 09:55
  • Haaaaaaa Alex que tu me fais toujours autant rire!!! On a toujours l’impression d’y être quand tu nous parles!
    Et quel info intéressante. J’aime beaucoup! Ce métier itinérant n’existe pas au Canada…enfin, pas légalement!

    Merci 😉

    5 mars 2015 à 14:52
  • Haha sympa la vidéo !
    On apprend des trucs (je savais pas comment c’était fait), c’est rythmé, et c’est drôle. Honnêtement j’ai pas été très fan d’ autres « J’ai testé pour vous », mais c’est pour ça que celui ci je poste pour dire qu’il envoie du bois.

    Et à la fin on sent l’articulation qui commence à devenir compliquée ^^

    5 mars 2015 à 11:39

Ecrire un commentaire