Méthode pour voyager gratuitement (illégalement) sur les trains de marchandises en Amérique

Méthode pour voyager gratuitement (illégalement) sur les trains de marchandises en Amérique
4.63 (92.5%) 8 votes

Voyager en train de marchandises / fret en Amérique du Nord

voyager train marchandise amérique

Avertissement :
Il est strictement interdit de voyager en train de fret / marchandises que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, si vous vous faites attraper, vous risquez une forte contravention ainsi qu’une peine de prison. Par exemple : En Caroline du sud, vous risquez jusqu’à 470 $ d’amende et/ou 20 jours de prison ferme. Alors, ne vous faites pas pogner ! 

Le train de marchandises / fret : une de mes meilleures aventures au monde

Sauter dans un train de fret comme un hobo (= un vagabond), ça fait rêver!

Comme tout voyageur, j’ai souvent fantasmé sur ce moment, mais de là à le faire…

J’ai dû me retrouver financièrement bloqué à la Nouvelle-Orléans pour passer du rêve à la réalité.

Je n’avais pas le choix, je l’ai fait en ayant peu d’expérience. Pour vous éviter de faire les erreurs que j’ai commises, voici ce petit article qui vous aidera à sauter le pas et, surtout, à le faire correctement.

Mais sachez que, si vous décidez de voyager en train de marchandises, vous risquez de tomber amoureux de cette méthode de voyage. Vous verrez des paysages incroyables, vous vivrez une aventure hors du commun et vous aurez cette sensation de liberté totale que l’on recherche tous.

Comment est-on passé du hobo au train-hopper ?

Hobo americain

A l’origine, ce sont les hobos des États-Unis qui voyageaient ainsi, de ville en ville, pour faire des petits boulots.

Avec le temps, une tradition est née, le « Code du hobo » est apparu, mais les problèmes sont arrivés. Aujourd’hui, bien que moins pratiqué, le train-hopping est un style de vie, un peu comme peut l’être la Harley Davidson ou la Country Music.

De nos jours, il reste très peu de vrais hobos, les gens qui voyagent ainsi sont des aventuriers, ils ne cherchent plus de travail. On les appelle les trains-hoppers.

Voici une petite vidéo réalisée par nos amis de chez Vice que je trouve très sympa et qui explique bien le concept :

Voici une petite vidéo réalisée par nos amis de chez Vice que je trouve très sympa et qui explique bien le concept :

Conseils de base pour voyager sur les trains de fret

Voici ma petite liste pour bien voyager :

  • Voyagez accompagné et de préférence avec quelqu’un qui a de l’expérience
  • Evitez de vous faire repérer
  • Prévenez un proche de ce que vous faites
  • Ayez un moyen de communications de type smartphone pour vous repérer grâce à Google Maps
  • Prévoyez de la nourriture non périssable et de l’eau
  • Ne montez ou ne descendez JAMAIS d’un train en marche, quoi qu’il arrive
  • N’approchez pas des installations électriques
  • Ne consommez pas d’alcool ou de drogue
  • Restez respectueux envers le matériel, les employés ou les forces de l’ordre
  • Faites-vous un petit kit de toilette (lingettes pour bébé, gel hydro-alcoolique…)
  • Privilégiez des vêtements sombres
gare de fret
gare trains de marchandisesgare trains de marchandises

Préparer la montée à bord du train

Si vous avez toujours rêvé d’être un agent secret, eh bien, prendre le train de fret, c’est un peu pareil.

Le jour précédant votre voyage, faites des recherches sur les gares de triage de votre ville, car il peut y en avoir une ou plusieurs et il vous faudra trouver la bonne.

Par exemple, sur la Nouvelle-Orléans, il y en a quatre. Une pour accueillir les trains qui arrivent, deux de stockage et une autre pour les départs, mais chaque ville d’Amérique du nord est différente.

Google Maps sera donc votre meilleur ami et n’hésitez pas à aller sur des sites comme squattheplanet.com où vous trouverez des cartes des réseaux ferroviaires, des horaires de trains, des bons tuyaux et peut-être même des compagnons de routes.

Une fois cette petite recherche terminée, enfourchez votre trottinette et faites le tour des gares de triage pour voir comment cela fonctionne, d’où arrivent les trains, d’où ils partent…

Le plus important est d’ouvrir les yeux !

Sachez que la gare qui nous intéressera pour quitter la ville sera la gare la plus surveillée et souvent la plus compliquée à comprendre. 

Si vous ne voyez pas de grillages, de barbelés, de tours de surveillances ou une tonne d’employés, dites-vous que ce n’est pas la bonne.

Un bon indice peut aussi être les traces des autres hobos, comme des trous dans les grillages ou des restes de campements provisoires.

En général, si toutes ces conditions sont rassemblées, vous avez trouvé la bonne gare. Dirigez-vous donc vers les voies de sortie et, à l’aide d’une boussole, déterminez quelle voie part vers le Nord/Sud/Est/Ouest. Regardez surtout les trains partir pour savoir lequel prendre et où sauter sans être vu et en toute sécurité.

Après une bonne journée de repérage et de recherche, allez acheter de la nourriture et de l’eau en fonction de votre trajet, mais sachez que les trains peuvent être très lents. J’ai mis environ dix heures pour rejoindre Jackson depuis la Nouvelle-Orléans, là où j’en aurai mis trois en voiture, alors prévoyez en conséquence.

gare train de marchandises

Sachez que la gare qui nous intéressera pour quitter la ville sera la gare la plus surveillée et souvent la plus compliquée à comprendre. 

Si vous ne voyez pas de grillages, de barbelés, de tours de surveillances ou une tonne d’employés, dites-vous que ce n’est pas la bonne.

Un bon indice peut aussi être les traces des autres hobos, comme des trous dans les grillages ou des restes de campements provisoires.

En général, si toutes ces conditions sont rassemblées, vous avez trouvé la bonne gare. Dirigez-vous donc vers les voies de sortie et, à l’aide d’une boussole, déterminez quelle voie part vers le Nord/Sud/Est/Ouest. Regardez surtout les trains partir pour savoir lequel prendre et où sauter sans être vu et en toute sécurité.

Après une bonne journée de repérage et de recherche, allez acheter de la nourriture et de l’eau en fonction de votre trajet, mais sachez que les trains peuvent être très lents. J’ai mis environ dix heures pour rejoindre Jackson depuis la Nouvelle-Orléans, là où j’en aurai mis trois en voiture, alors prévoyez en conséquence.

La grande gare de triage de MTL
Les differentes gares de la nouvelle orleans

Le jour J.

Voilà le moment tant attendu et pour cela, il va falloir attendre encore un peu… 

Allez à un endroit stratégique pour prendre le bon train sans vous faire repérer et attendez !

Ça peut prendre des heures pour avoir votre train, mais soyez patient et ne sautez pas sur le premier qui part. Vous risquez de vous retrouver dans un coin du pays non désiré (à moins que ce soit ce que vous voulez).

Pour être sûr de prendre le bon train, vous pouvez essayer de demander conseil auprès d’un cheminot. En général, ils sont sympas et aiment bien les hobos.

* Pour la petite histoire, le nom de code des hobos au sein des compagnies ferroviaires est « Riders »’… Je trouve ça plutôt cool comme appellation et puis ça vous permettra de savoir si on parle de vous sur la radio du train.

Ça y est, votre train part, vous avez donc exactement deux minutes pour sortir de votre cachette, courir et sauter dedans.

Avec de la chance, il y aura plusieurs locomotives (à l’avant ou à l’arrière du train), les portes ne sont jamais verrouillées, je vous invite donc à entrer à l’intérieur et à vous installer confortablement. De plus, tant que le train avance, les deux cheminots ne quitteront pas la première locomotive, donc vous êtes tranquille pour plusieurs centaines de kilomètres. 

interieur cabine train de fret
voyage en train de fret

Pendant votre voyage, votre train pourra ralentir ou s’arrêter en plein milieu de nulle part ou dans de tout petits villages, soyez sur vos gardes, cela peut être pour n’importe quoi, un croisement de train, un plein d’essence, une patrouille de sécurité…

Au moindre doute, quittez votre wagon ou locomotive, cachez-vous et si cela s’avère nécessaire, quittez le train et sortez des voies, légalement, vous ne risquerez plus rien.

Une fois le train de nouveau en route, courez et remontez dedans.

La dernière étape est la plus importante : votre arrivée dans une grande ville! 

Vous serez tenté de vous cacher et d’attendre le départ et ce sera la pire idée pour plusieurs raisons :

  • Il y a beaucoup de surveillances et de contrôles dans les grandes stations de triage.
  • Le train peut avoir fini sa course et les wagons seront séparés des locomotives.
  • Le train peut changer de destination.

Il ne vous reste donc plus qu’à quitter ce train sans vous faire attraper et chercher le prochain train qui part dans votre direction. En clair, changez de train dans chaque grande ville.

Et si je me fais attraper ?

Que ce soit par les employés ou par les forces de l’ordre, ne paniquez pas, restez cool et soyez le plus sympa possible avec eux.

En effet, les voyageurs de votre espèce ne sont pas mal vus. Au contraire, ils sont appréciés de tous et vous avez de fortes chances de ne pas être ennuyé.

Néanmoins, je ne vous souhaite pas de tomber sur un chauffeur Texan ayant une dent contre les francophones, car, malheureusement, c’est lui qui aura la décision finale et si ce petit bonhomme peu sympathique décide que vous devez être puni, ce sera police, menottes, prison ! 

Car oui, aux États-Unis d’Amérique, le plaignant peut dire à la police de vous laisser repartir ou non (enfoirés de Texans).

Alors ? vous partez quand ?

Voyager en train de fret sera probablement la plus belle aventure de votre vie et vous verrez des paysages incroyables. Il vous suffira juste de respecter ces quelques petites règles simples. 

Pour les plus sceptiques, je vous dirais OUI ! C’est dangereux par moment et c’est surtout interdit, mais vous aurez moins de chance de mourir en grimpant dans un train de fret qu’en attendant votre bus dans l’une des stations mal famées de la Greyhound… Et en plus, c’est gratuit ! (Mais que demande le peuple?)

Alors ? Qu’attendez-vous pour entrer dans la légende des hobos et pour vivre votre vie à fond?

Liens utiles :

 

nelson le hobo
dédicace nelson
voyage en amérique en train de fret
Nelson
nelson.robiquet@gmail.com

Je suis Français, je réside au Québec et voici mon billet de retour… Ça, c’est ce que je dois dire au douanier. En réalité, je suis un garçon qui a toujours rêvé de devenir reporter de guerre. Pour se faire, j’ai donc fait une école d’audiovisuelle. (Ben ouais mon grand, un Bac Pro, ca suffit pas pour rentrer dans une école de journalisme, en plus, t’aimes pas écrire.)Alors voilà, j’oscille entre petits jobs et contrats à la pige, pour pouvoir espérer un jour partir caméra à l’épaule dans les endroits les moins cools de la planète.En attendant, je voyage un peu, en essayant de vivre l’aventure… La vraie! Autant vous dire que je ne quitte pas Montréal pour visiter des musées ou pour me retrouver dans un hôtel à 130$ la nuit (C’est le prix de mon sac de couchage).Dormir sur un voilier ou dans un bivouac, voyager en train de fret, manger à peu près n’importe quoi ou encore séjourner dans les prisons de la Caroline du sud, voilà la solution que j’ai trouvée pour éviter la monotonie d’une vie citadine.Mon dernier gros trip était de longer la côte Est américaine pendant plus de deux mois, tel un hobo, mais auparavant j’ai parcouru un peu la vieille Europe de façon plus standard. Si t’as une idée de voyage complètement tordu, je suis preneur, tout en sachant que Pyongyang sera ma prochaine destination. (Mouai enfin… Ça va devoir se discuter) Évidemment, tout ça reste entre vous et moi… Pas un mot aux douaniers ni à ma blonde par la même occasion!

3 Commentaires
  • Thierry

    Sympas le nouveau design du site!
    Super article! très intéressant!

    15 juillet 2015 à 10:58
  • jeremy

    il y a un problème dans ton article il y a deux fois : « Préparer la montée à bord du train »

    Merci pour ces infos !!!!

    1 juillet 2015 à 08:51
    • Merci Jérémy d’avoir pris le temps de me le signaler 😉
      Et bravo à Nelson pour toutes ces infos en or !

      14 juillet 2015 à 10:05