Partir en Australie : mes impressions

Partir en Australie : mes impressions
4.91 (98.18%) 11 votes

Après être parti 3 mois en Australie, 1,5 mois en road trip sur la côte ouest et 1,5 mois à travailler,  je vais te donner mes impressions sur le pays de l’outback et des kangourous.

Partir en Australie : un voyage qui fait rêver 

Partir en Australie a toujours fait rêver et  j’ai toujours entendu des choses super à son propos avant de venir le visiter. Je me rend compte autour de moi qu’il y a de plus en plus de vos jeunes voyageurs français qui viennent le visiter en Working Holidays Visa (= le visa vacances travail).

Working Holidays Visa est un visa qui permet de rester un an dans la pays tout en travaillant sur place.  Ce qui permet de voyager, financer le voyage et apprendre l’anglais. Tout bénèf quoi !

L’idée que partir en Australie attire autant de monde s’explique bien, notamment car c’est un pays qui est à l’opposé de la France sur la terre, donc dépaysement garanti. C’est aussi le pays des grands espaces avec une faune et une flore que l’on ne trouve nullepart ailleurs sur terre. Et oui les kangourous et les koalas c’est mignon mais il n’y en a qu’en Australie.

C’est également un mode de vie occidental. Et l’air de rien, quand on a peu voyager ou que l’on n’est pas un voyageur trop roots, c’est un critère rassurant. Les ressemblances rassurent et attirent et je pense que c’est un des facteurs positifs de plus qui fait venir tant de voyageurs.

Road Trip en Australie : une certaine déception…

Personnellement après trois mois passés à faire un road trip  en Australie de la côte ouest et à travailler, eh bien j’avoue que j’ai été déçu.

Je suis désolé de dire ça mais l’on m’a vendu le pays de la liberté où tu fais ce que tu veux et tu vas où tu veux avec ton van. Mais en fait pas du tout car tu n’as pas le droit de dormir dans ton véhicule en Australie et que si tu le fais, les petits rangers, ils te collent une petite amende de 100 $ par personne,  cadeau pour toi dès le matin.

Tu es obligé de dormir dans les campings ou les aires de repos d’autoroute. Mais les campings coûte tout de même 30 $ la nuit. C’est tout de même compliqué de devoir payer 30 $ par nuit après avoir acheter un van environ 5000 $  ou avoir une location de  véhicule qui sont des gros investissements.

Et en plus, il faut être dans des endroits précis et parqués, c’est pour cela que j’étais un petit peu déçu

Personnellement j’ai essayé de dormir là où j’en avais envie mais du coup je devais me lever entre 5h et 6h du mat pour esquiver les rangers. Car les rangers se lèvent tôt !  Je peux te dire que l’Australie ce n’est pas le pays de la grasse matinée ou de la liberté !

Mais je comprends aussi pourquoi ils ont créé ses règles. Il y a aujourd’hui énormément de voyageurs en van, et tout le monde n’est pas respectueux de l’environnement et du lieu qu’il visite. C’est pour cela qu’il faut imposer des règles à tout le monde malheureusement. C’est pour la préservation de l’environnement et ils ont raison de faire cela. 

Je pense que j’ai été aussi déçu parce que l’on m’a vendu, on m’a même survendu le fait de partir en Australie, en me disant qu’il y avait des choses incroyables à voir, les plus belles plages et les sites naturels les plus dingues qu’ils avaient jamais vu. C’est vrai que j’ai vu de jolies plages sur la côte ouest australienne et des belles choses mais rien qui ne m’a pas transcendé. Mais je n’ai fait que la côte ouest.

Il y a énormément de kilomètres entre deux points d’intérêt et que du désert et de l’out Back entre les deux. tu Passes du temps, tu dépenses beaucoup d’argent pour au final quelque chose qu’il y a d’aussi joli près de chez nous.

Je suis tombé dans le piège dans lequel il ne faut jamais tomber en voyage, c’est-à-dire de se faire une image préconçue de ce que l’on va trouver dans le pays que l’on visite.

Il ne faut jamais faire cela et je suis malheureusement tombé dans ce piège et du coup j’ai été déçu.

Australie : un pays surchargé de voyageurs 

J’ai été également déçu car l’Australie est aujourd’hui un pays surchargé de voyageurs !

Je ne peux rien dire, je suis un voyageur, j’aime les voyageurs, j’aime les rencontrer. Malheureusement les conséquences négatives directes, sont que le type de tourisme des voyageurs en vannes et des jeunes qui viennent faire des Working Holiday Visa (WHV) en Australie, est devenu un vrai business dans ce pays. Et cela entraine les jeunes à entrer dans une industrie plutôt que dans un nouveau mode de vie.

Ils sont contents que les jeunes voyageurs viennent faire les boulots que les Australiens ne veulent pas faire et qu’ils dépensent l’argent gagné chez eux. en revanche ils n’aiment pas trop nous voir squatter sur les parkings en caleçon bain en train de cuisiner devant les enfants australiens. Mais il faut les comprendre aussi. Tous les voyageurs en van n’ont pas le même savoir vivre et la même éthique.

Deuxième conséquence, c’est qu’il est difficile de trouver un travail en Australie aujourd’hui. Il y a quatre ou cinq ans en arrière, tu arrivais et tu trouvais un travail en 2 ou 3 jours. Le souci c’est qu’il y a désormais énormément de voyageurs et le marché du travail est très congestionné sur les petits boulots.

La plupart des jeunes voyageurs partent en Australie pour apprendre l’anglais et travailler pour faire de l’argent.

Cela est malheureusement devenu compliqué, de base tu ne parles pas un minimum anglais. Et pour la recherche d’un travail tu risques de rester en galère quelques temps avant de trouver.

J’ai vu déjà rencontré des voyageurs attendre deux à trois semaines pour trouver un travail de personnel de nettoyage dans un hôtel. C’est une chose qui m’a également déçu par rapport à ce que l’on m’avait dit au départ.

Mais c’est là où réside également le côté positif : savoir se dépasser, ne pas se laisser abattre, développer de nouvelles capacités et tirer son épingle du jeu ! 

Mais c’est compréhensible qu’il y ait autant de voyageurs, tout le monde a le droit de venir en Australie. Sachant qu’il n’y a pas de quota sur ce visa, cela crée des fréquentations de plus en plus importante chaque année de ce pays.

Australie : un pays pour les fêtards

Partir en Australie, c’est rencontrer beaucoup de voyageurs qui passent surtout leur temps à faire la fête et à picoler. Je ne vais pas dire que je n’aime pas ce genre d’ambiance car j’ai moi-même participé à pas mal de fêtes là-bas. Mais Tout le temps, c’est lassant.

Je pense avoir passé le cap du quotidien qui est régit par ce qui se passe le soir et la fête qui s’organise. J’avais besoin aussi d’autre chose, que je cherchais autre chose, mais que personnellement malheureusement pour moi je n’ai pas trouvé

Malheureusement beaucoup de voyageurs volent (en particulier les français) dans les supermarchés pour économiser sur leur budget. Mauvaise habitude très bien illustrée par l’expression locale Australienne « le French shopping » : qui signifie le vol à l’étalage dans les supermarchés.

Ah c’est sûr quand on fait beaucoup la fête, ensuite c’est dur de se lever le lendemain pour aller bosser…du coup, ya qui font des économies à leur façon.

Si tu aimes travailler pour pouvoir la fête et picoler autour d’un feu ou entre amis : ce pays est fait pour toi !

Partir en Australie : une belle expérience humaine

Faire un voyage en Australie ce n’est pour moi, pas la découverte d’un pays ou d’une culture qui est le plus fort mais plus une expérience humaine.

C’est là où j’ai vraiment trouvé ce pays superbe. Partir en Australie c’est rencontrer plein de gens, plein de voyageurs, on discute ensemble, on échange ensemble.  Chacun apprend des uns des autres. On m’apprend des choses sur des sujets divers et variés, et je vais faire mon possible pour également apprendre des choses aux autres.

On se rend compte en Australie que on n’a pas besoin de passer sa vie devant un écran, à regarder des films ou surfer sur Internet ou même acheté plein de choses pour essayer d’être heureux

On apprend à apprécier et se contenter d’un simple coucher de soleil (ou le lever si l’on fait beaucoup la fête) et que l’on a pas besoin de passer son temps à faire des choses superficielles. On comprend qu’une simple conversation avec un ami, un déjeuner en plein air à refaire me monde, a beaucoup plus d’importance et nous apporte beaucoup plus ! Et grâce à ça on apprend à vivre simplement en Australie, et c’est ça qu’est bon 🙂

C’est vraiment le pays de la simplicité.

C’est également une expérience humaine de partir en Australie car vivre 24 heures sur 24 avec ton pote ou ta nana, c’est un entrainement intensif de tous les jours ! Je peux t’assurer que quand ta nana elle a soif, elle a faim ou elle a chaud et que tu ne trouves pas de solution….si tu ne prends pas sur toi : là le van il peut imploser ! ^^ Pareil avec ton ami, il faut savoir arrondir les angles  et apprendre à ne pas penser qu’à soi et son petit confort. Si tu arrives à  attirer les bonnes conclusions et vivre l’expérience à fond, tu  ressors grandi  et enrichi de cette expérience.

La mentalité australienne

Une autre chose que j’ai beaucoup aimé en Australie ce sont les Australiens. Alors on dit qu’ils sont très basiques, c’est un peu méchant de dire ça. Car au final ce sont des gens qui prennent plaisir à simplement aller à la pêche, boire leur petite bière, avoir leur maison et leur 4×4 et ils n’ont pas besoin de plus pour être heureux.

Ceux sont des gens généreux et vous n’êtes pas à l’abri de vous faire inviter chez eux pour dîner ou pour prendre une douche. Et tant que vous ne les embêtez pas, ils ne vous embêteront pas. Et au contraire ils vous aideront et cela est très appréciable !

Le regard de la société : une leçon qui ouvre l’esprit

Durant mon road trip en Australie et mon séjour à Broome, j’ai beaucoup appris sur le regard que l’on porte sur les immigrés en France, les gens du voyage et les Roms. Aujourd’hui je les vois différemment.

Autant je ne cautionne pas ce que certains d’entre eux font, de la même  façon que certains français le font ici en Australie, autant aujourd’hui je peux comprendre, le ressenti qu’ils éprouve face au regard que peut porter la société sur eux. Car c’est une chose dure à porter que de se sentir le bas niveau de la société. On vous conditionne, on vous catégorise et on agit avec vous, pour bien vous faire sentir que si vous ne suivez pas exactement les règles et le mode de vie qu’on vous impose, vous ne serez jamais accepté.

D’une certaine façon en Australie, la société accepte les voyageurs pour faire le sale boulot mais ensuite, une fois que c’est fini, elle préfère ne peut pas trop les voir traîner dans les lieux publics.

Les gens du voyage, c’est un mode de vie qu’ils ont choisi par tradition ou obligation et leurs conditions de vie sont difficiles. Cela est causé en grande partie par le regard qu’on leurs porte au quotidien. Et aujourd’hui grâce à ce voyage en Australie je peux mieux comprendre cette façon de vivre, ces peuples mais également l’origine de certaines peurs chez les Français vis-à-vis d’eux.

Et c’est peut-être aussi pour cela que je n’ai pas beaucoup aimé l’Australie.  Parce qu’inconsciemment peut-être ma fierté ou mon ego en ont pris un coup de se sentir tout au bas de la société. Habituellement lorsque l’on va dans les autres pays que je sois en Asie ou en Amérique latine, l’occidental, même voyageur, représente un certain statut social, un certain prestige.  Nous sommes parfois même mis sur un piédestal par le seul fait du niveau de vie de notre pays.

Je me demande si ce n’est peut-être pas ça qui m’a fait moins aimé l’Australie. Je ne sais pas mais au moins ça a l’avantage de me faire poser cette question importante !

Conclusion

Je pense que l’Australie c’est vraiment le pays parfait si l’on souhaite faire la fête ou pour un premier grand voyage.

Il y a des paysages qui en mettent plein la vue et dépaysants, tout en ayant quand même des repères avec un mode de vie et une culture occidentale.

En revanche si vous avez déjà de l’expérience dans les voyages et que vous venez chercher quelque chose en plus vous risquez d’être déçu comme j’ai pu l’être.

Je voulais rencontrer des aborigènes mais malheureusement après avoir retourné le débat dans tous les sens c’est malheureusement un fait ce sont des gens qui sont pratiquement tous tombés dans l’alcoolisme. Et c’est tristement le cas, je ne suis pas là pour dire ni pourquoi ni comment car chacun son avis dessus c’est un autre débat, mais c’est un fait que 90 % des aborigènes « que vous rencontrerez » seront noyés dans l’alcool. Ce qui rendra les choses très difficiles pour échanger avec eux.

Je suis sûr qu’il y a des gens qui ont pu faire ce genre de rencontres et que vous aussi vous pourrez en faire, mais cela reste difficile.

Après lorsque l’on veut vraiment quelque chose il faut se donner les moyens de l’obtenir et je n’ai peut-être pas assez mis du mien pour vivre cette expérience.

Voilà en tout cas mon expérience personnelle et mon avis de mon séjour et mon road trip en Australie. En tout cas, ce n’est que le mien et il faut toujours se faire votre propre avis.

Un conseil n’engage que celui qui l’écoute

Bon voyage internaute

Tags :
Alex Vizeo
alex@vizeo.net

Créateur de Vizeo.net, je suis parti réaliser mon rêve de faire le tour du monde en solo pendant un an. Durant mon voyage en sac à dos autour du monde, j'ai voulu partager ma passion à travers mon blog de voyage et mes vidéos....et depuis, je ne me suis jamais arrêté ! Mon but, vous montrer que c'est à la portée de tous et vous donner envie de partir à votre tour !

35 Commentaires
  • Victor
    Répondre

    Salut Alex,
    Je te suis totalement sur ton raisonnement. Bravo, pour une fois que quelqu’un ose prononcer une vision différente.
    J’ai été extrêmement déçu des regards des autres en voyageant ici, certes, certaines personnes sont cools et accueillantes mais les amitiés ici n’existe pas, ce n’ai qu’un côté superficiel des anglo-saxons, une fois de plus !
    J’ai voyagé sur toute la côte sud d’Australie (Sydney-Melbourne-Adélaïde via la Great Ocean Road-Perth) sérieusement je ne fais pas le difficile mais certains paysages sont certes magnifiques (si ils ne sont pas pollués par la masse de touriste) mais leurs villes manque de charme, ça en devenait monotone et déprimant.
    Le pire dans mon voyage ce sont la mentalité des australiens qui te collent une étiquette à chaque fois qu’ils comprennent que tu es français, le racisme est de mise là bas, attention !
    La mentalité des français là bas est désolante, non pas qu’ils soient malpolis ou arrogants mais à chaque fois qu’ils ouvrent leurs bouches c’est pour se vanter et parler que de leur trip, c’est triste, ils disent venir pour changer de mentalité et avoir une vie simple mais ils se plaignent tout le temps de la France et de baver sans cesse leurs haines sur leurs pays. Au bout d’un certain temps, ils changent bien d’avis quand ils se rendent comptes qu’ici la vie n’est pas rose et basée strictement sur le capitalisme pur et dur. La plupart du temps ils tournent vite leurs paroles contre l’Australie quand un petit problème leur tombe dessus.
    Ton commentaire sur ta nouvelle vision des gens du voyages ou/et des roumains m’a fait sourir car je ressens exactement la même chose que toi, c’est fou car quand j’en parle ici personne ne comprend ce point de vue. Me retrouver à la plus basse échelle social et être regardé constamment comme des moins que rien, j’ai vite compris que la frustration et l’incompréhension de ce système est néfaste pour n’importe quel être humain.
    Merci de ton poste, j’espère que tu as pu découvrir d’autres pays par la suite et que t’en reviendras plus fort.
    Victor

    9 mai 2016 à 13:33
  • Bonjour Alex,

    Je viens de lire ton retour d’expérience sur l’Australie et je suis heureux de constater que je ne suis pas seul à penser que l’Australie peut être décevante. Je partage en tout point ton avis sur ce pays, qui reste certes dépaysant, mais qui promet plus que ce qu’il offre. Comme toi, ma femme et moi avons parcouru la côte Ouest en van pendant un mois, et comme toi, nous avons publié un article sur notre ressenti à propos de ce pays. Je t’invite à le lire si ça t’intéresse (http://objectif-terre.fr/pourquoi-nous-avons-ete-decus-par-laustralie/) .

    Merci pour tes vidéos et tes articles qui continuent à nous faire voyager malgré notre retour.

    4 janvier 2016 à 12:47
  • Hello Alex!

    En tant que nioobee de road trip, j’ai justement commencé mon voyage par un an Australie l’année dernière. Et je peux te dire que ça fait du bien de voir/lire ton article car je suis quasi intégralement d’accord avec tout ce que tu rapportes. J’ai voyagé en van avec mon copain dans cet immense pays, nous avons vu énormément de choses, fait pratiquement le tour du pays excepté la Tasmanie.
    C’est très réconfortant quelque part de voir que d’autres personnes comme toi on eu le même ressenti dans ce pays: la surexploitation du business autour des voyageurs, ce malaise palpable surtout en tant que français, lire une annonce de boulot avec écrit en caractère majuscule « no smoker – no french » effectivement ça nous fait tomber bien bas…
    Certes les australiens sont des gens sympathiques, mais malheureusement ce que l’on croise le plus ce sont nos futurs employeurs, des commerçants et avec un van: les garagistes et d’autres voyageurs souvent des gentils petits vieux qui visitent le pays comme nous. Et mis à part la dernière catégorie nous avons beaucoup eu affaire à des gens très distants de part notre statut de backpacker. Je pense en effet que le pays est surchargé de voyageurs et que partout où l’on aille dans le pays les gens sont lassé! Et c’est très dur d’être confronté à ça, surtout pour nous qui avons démarré notre aventure par ce pays. Donc grosse déception de ce côté là.
    Pour les aborigènes malgré ce que l’on voit dans les rues, nous avons eu beaucoup de mal à les condamner car après tout ce qu’ils ont subi et encore aujourd’hui (fermeture de 150 communautés par décision du premier ministre, oui faut le comprendre c’est pas « rentable »!). Mais après comme tu dis, rentrer dans le débat ne ferait pas avancer les choses. Et ça nous a posé beaucoup de problèmes, voir des jeunes de notre âge avouer ouvertement qu’ils sont racistes et que les aborigènes n’ont rien à faire là, nous qui venons d’un pays laïque qui tend vers l’acceptation de tous, je n’ai pas pu discuter davantage avec eux car je n’arrive pas à comprendre ce genre de mentalités. Même si souvent il y a un vécu derrière leurs affirmations, il y a toujours une solution pour vivre en communauté. Mais à côté de ça on prône l’art aborigène dans tout le pays, les galeries d’art, l’artisanat, les chants,… Cette hypocrisie nous a profondément agacé pour rester poli.

    Je te rejoins donc sur le fait que l’Australie est un pays que l’on idéalise trop dans la pensée collective en France. Il y a plein de belles choses à voir en Australie mais déjà les kilomètres il faut les bouffer pour les voir, et parfois ça ne reste pas du statut de l’exceptionnel. Je ne retiendrai que deux choses au niveau des paysages: le Karijini National Park qui est vraiment une pépite, et la Daintree Forest.

    Bref, je tenais surtout à dire que de la part d’un voyageur expérimenté comme toi, voir que pour toi aussi l’Australie fut un pays « bien mais pas top » est une bonne façon de résumer. Et je sais que pour d’autres ça n’a pas été le cas, mais les goûts et les couleurs comme ont dit 😉

    Enjoy les amis certaines terres parlent à certains et d’autres non.

    24 juin 2015 à 05:24
  • Bruno
    Répondre

    Bonjour,
    Ayant voyagé en Australie pendant 1an et en ayant fait le tour complet (Tasmanie inclus), je voulais simplement réagir vis à vis de ton road trip en Australie et pourquoi pas, apporter un retour d’expérience différent du tien même si je suis d’accord avec certains points que tu as évoqué 🙂
    N’ayant pas voyagé autant que toi, mes propos sont bien sur également à nuancer.

    « un pays surchargé de voyageurs. »
    Le nombre de fois ou j’ai entendu « ah encore des francais », ça en devient même difficile de pratiquer l’anglais tellement on se retrouve a parler sa propre langue. Et ce surnombre de voyageur créée indirectement des « groupes », les allemands resteront entre allemands, les jap entre jap…
    Mais à contrario, c’est aussi une chance de pouvoir rencontrer plus facilement d’autres voyageurs et donc d’autre personnalité/culture.. que la sienne dans un même endroit.

    « coté travail »
    je suis d’accord sur le fait que cela est doit être plus d’ur que l’eldorado d’il y a plusieurs année mais globalement si tu cherches vraiment (le nombre de personne qui se contente d’envoyer 1ou2cv par semaine et répondre à 1ou2annonce sur gumtree, « mouai ») tu trouves en 2/3semaines un job, ce qui reste correcte pour la recherche d’un job, surtout quand on est pris sans expérience dans celui-ci 😉

    « coté aborigène »
    Malheureusement le constat est globalement le même. la plus pars d’entre eux sont tombé dans l’alcoolisme ou ont succombé au mode de vie occidentale. Pour rencontrer de vrai aborigène il faut aller à leur rencontre ce qui n’est pas forcément facile, ou essayer de passer via des associations/woofing (autours de darwin notamment) ou en territoire assez reculer et difficile d’accès (aux nord de cairns, il y a des territoires conservés/protégés, mais il te faudra payer un pass assez cher, un guide…)

    « Une aventure humaine »
    je pense (comme tu l’as dit) que l’Australie est principalement une aventure humaine dans le sens ou tu vis/voyages avec des gens h24 qui sont de cultures/origines différentes de la tiennes, tu partages énormément.Tu finis par connaitre certaines personne en 1mois de voyage bien mieux que des gens que tu côtoies depuis 10ans. Cette aventure humaine sera déterminante dans ton voyage. je ne compte plus le nombre de personne m’ayant dit avoir ou ne pas avoir aimé un endroit que j’avais ou non aimé moi même. C’est un peu réducteur mais au final « les gens avec qui tu voyages et que tu rencontres » et « la météo » (et aussi les mouches x) étaient le dénominateur commun qui permettais d’apprécier ou le petit village perdu dans la pampa australienne, ou de ne pas avoir aimer la Gold Coast par exemple.

    « Le mode de vie »
    « Take it Easy! » Je ne vais pas re citer ce que tu as dis mais je confirme, Les Australiens sont des gens simples et ça c’est cool car tu apprends a relativiser et profiter de plaisirs simples. La pèche, la petite bière, les barbecue omni présent dans la vie australienne… Ce n’était pas partout le cas, mais dans certain endroit la culture du sport était assez impressionnante, avant le boulot, pdt la pause dej…
    Mes expériences m’ont également montrés des gens au grand coeurs, qui sont juste « humain »:
    -4 voitures en 3minutes qui s’arrêtent pr nous aider alors que nous étions en galère ac la notre au bord de la route.
    -Tu es en train de manger à table, et tt d’un coup un enfant qui jouait plus loin viens vers toi et tu te retrouve invité par les parents à aller manger chez eux.
    -tu déprimes ds un bars car tu es en galère de logement… (cliché mais true story) un australien sortis de nul part t’offre un verre discute avec toi et finis par te filer les clefs de sa maison pdt une semaine car il part pr un job a 500 km d’ici, what the fuck ? le mec ne te connais n’y d’Adams ni d’Eves et il te file les clefs de chez lui!
    J’ai des tonnes d’histoire comme celles la, vécu ou entendu et cela fait juste du bien de voir que cela existe encore dans « notre société ».

    « Un paysage, une faune et une flore magnifique »
    Sur ton trip de la cote ouest, tu as fais pas mal de chose mais j’ai l’impression que tu as raté qque spot vraiment sympa: parc François péron, shell beach, pinnacles… et surtout le plus beau parc national de l’Australie à mes yeux « karijini ».
    Certain spot sont malheureusement assez difficiles d’accès et l’utilisation du 4×4 sera de mise même si globalement sur la cote ouest, on s’en sort pas mal sans 4×4.
    C’est dommage que tu n’ai pas continué vers le Nord ? notamment la route broome-darwin et autour de Darwin qui fournis également sont lot de parc nationaux vraiment géniaux (4×4 de rigueur).
    Je ne vais pas décrire tout ce qu’il y a faire car il y a vraiment beaucoup beaucoup à voir en Australie que ce soit Nord, Centre, Sud Est Ouest, mais il faut énormément de temps pour voir ne serait ce qu’une parcelle de cela, après tout l’Australie est plus grande que l’Europe 😉

    « Des expériences en tout genre »
    En Australie tu peux te retrouver à faire tout type de job que ce soit rémunérer ou non et assez facilement même sans expérience. Petite liste non exhaustive des métiers que j’ai fait ou entendu parlé:
    fruit picking (surement le plus répandu pr les backpackeur) chantier de construction, serveur, vendeur, élevage de chat/d’escargot, de walabi, les mines, mustering (une amis gérait des troupeaux à l’aide de quad/hélicoptère/chevaux sur 20000 hectare), cleaning, travailler en mer pendant 1mois sur un bateau de pèche, construire une route, rangers en forret… et j’en passe.
    Toute les expériences ne sont pas forcément bonne. tu peux te retrouver avec des gens qui t’exploitent ou pourquoi pas dans un woofing perdu au milieu de la foret avec un alchoolique (glauque).

    Bref, L’Australie à pour moi été une réel surprise et j’en garde le souvenir d’un pays magnifique, p-e car je ne m’en faisait aucune idée 😉

    ps: Merci pour ton/tes retours d’expériences 🙂

    13 juin 2015 à 17:06
  • Caroline
    Répondre

    Bonjour Alex,
    Il y a un an et demi je suis partie autour du monde et quelques jours avant mon départ je suis tombée sur ton site. J’ai eu la chance de voir des pays et des gens extraordinaires du Canada a l’Amérique du sud (le must pour moi!) en Asie, dont le Japon,et cette année repartie pour poursuivre ce rêve dont j’avoue je n’ai toujours pas envie de voir le bout je suis repartie avec comme toi l’idée d’aller voir ce que pouvait bien être l’eldorado australien que tant de voyageurs rencontrés ventaient.
    Et bien je dois dire que j’ai fait le même constat! Ça me rassure de l’entendre car à un moment j’ai bien cru que ça venait peut d’être d’une lassitude. Mais pour moi c’est vraiment eurodisney du jeune voyageur. Très bien pour un premier grand voyage à 18 ans mais sinon bien trop aseptisé, super cher, trop encadré. De plus les Hostel sont très souvent immondes avec beaucoup de jeunes cardes et irrespectueux qui laissent traîner leurs affaires sales, voir parfois en rentrant bourres confondent la chambre et les toilettes! Un carnage…Seul bémol j’ai adoré la Tasmanie. Des beaux paysages mais voilà! Et après avoir vu un certain nombre de paysages magnifiques autour du monde, tout comme toi, je ne suis pas restée la bouche ouverte devant les plages australienne ou la terre rouge du désert même si j’ai trouvé ça très beau. Il faut dire que j’ai aussi vécu 3 ans aux États Unis et niveau parc nationaux c’est dur de rivaliser entre urulu et le grand canyon ou les parcs de l’Utah. Bref, cher et pas le plus dépaysant. J’ai moi aussi eu cette envie d’ailleurs assez vite. Heureusement j’ai ensuite retrouver le goût du voyage avec Fiji et maintenant je me prépare à découvrir les îles de la caledonie, c’est ce qui m’a fait revenir sur ton site, pour retrouver le nom du fameux Émile.
    Bonne continuation
    Caroline
    Ps: je me suis toujours demandé combien d’heures tu passais au montage pour ton site, ça doit être un boulot fou.

    15 avril 2015 à 09:30
  • lili
    Répondre

    merciii!actuellement en australie c est triste de dire ca mais je me languis d en partir pour voir l indonesie et voir par la suite. j en viens a etre triste de ne pas aimer l australie comme 95% des francais qui se sentent libres et heureux ici…et ce qui m exaspere le plus ceux sont les francais fermés d esprit qui n acceptent pas qu on puisse avoir un autre avis…sincerement merci pour cet article nuancé et bien argumenté!

    23 novembre 2014 à 05:05
  • lily-travel
    Répondre

    Waooouuuw !

    Alex tu me sembles bien sympathique et je suis tellement déçue que tu es fait l’Australie qu’en 3 mois…
    Je ne pense dc pas que tu es réellement vu la profondeur de ce pays.

    Tout se que tu dis n’est pas faux, mais sa m’embête quand tu parles des gens du voyage et que tu comprends. Le french shopping comme tu dis j’en ai vu aussi et sa m’a rendue honteuse de mes origines…
    De plus quand je leurs disais que j’étais française, ils étaient étonnés car je leurs paraissait si honnête, simple, courageuse et sincère ! Contrairement aux 3/4 des français qui se vantaient d’être Français…
    Pour moi les actes de chacun sont décider par chacun et n’engage que la personne mais oui c’est sure qu’on est vu dans le même paquet c’est pourquoi je donnais le meilleur de moi !

    Et Bilan ! Tu récoltes se que tu sèmes…. Pour moi sa a été une révélation 😉

    Pour se qui est du voyage je l’ai plus vécue comme une aventure, j’avais 250 euros pas de permis, pas d’amis et surtout je ne parlais pas anglais du tout… Je ne suis partie avec aucun moyen de communication juste mon sac à dos….

    Du coup si, l’Australie est l’utopie tant décrite mais tout dépends dans quel état d’esprit tu choisis de vivre ton histoire… 😉

    25 septembre 2014 à 23:31
  • François Seurel
    Répondre

    Hello !

    Quoi ? Tu n’as pas aimé l’Australie ?
    Je me sens agressé donc je réagis exceptionnellement sur Internet car trop c’est trop… mais je résume car je n’ai pas trop de temps.
    Je comprends tes critiques sur l’Australie (je les ai déjà entendues souvent et à chaque fois je secoue la tête). Pourtant toi tu les as aussi nuancées ce que j’apprécie.
    Cette vision négative provient non pas qu’on t’a « sur-vendu » le pays mais que tu as acheté une vision de l’Australie à de jeunes touristes (que tu appelles les « fêtards »). Le problème c’est que tu les as suivis et je comprends ta déception. Tu as donné le bâton pour te faire battre. Tu achètes un van, tu avales des km (oui ce pays est grand c’est pour ça que beaucoup de voyageurs lui préfèrent la NZ), tu dors dans des backpackers avec d’autres étrangers, tu te fais traire comme un touriste…
    Au final tu te rends compte que « on n’a pas besoin de passer sa vie devant un écran, à regarder des films ou surfer sur Internet ou même acheté plein de choses pour essayer d’être heureux » BRAVO, tu n’as pas perdu ton temps car j’ai rencontré beaucoup de gens qui n’ont pas tiré la même conclusion… et qui continuent sur le chemin du consumérisme.
    Finalement en relisant la fin de ton article je pense que tu as entrevu tout ce que l’Australie a de bon et que ton article devrait s’intituler «mise en garde au jeune Frenchie jamais sorti de l’hexagone qui pense apprendre l’anglais sur la plage en 3 semaines et gagner plein de dollars sans trop travailler et faire le tour du pays en 3 mois max». Un peu long je le concède mais you get the idea.

    En résumé les jeunes français :
    – ont TRES mauvaise réputation et ils l’entretiennent pour le peu que j’en ai entendu (French shopping, laziness…).
    – ont une méconnaissance totale de l’Australie : c’est TRES grand, c’est neuf 4-5 millions d’habitants en 1945, c’est très ethnique : Grecs, Italiens, Yougoslaves, Allemands, Chinois, Indiens…, la nature est hostile en dehors des grandes villes
    – ne connaissent pas le coût de la vie, sortent de chez papa-maman et d’un pays où l’apparence de la gratuité est de mise (études, sécu… tant mieux pour nous) et l’assistanat est un art de vivre.
    – achètent le Lonely Planet et s’agglutinent à Sydney, Melbourne, Byron Bay…
    ont un WHV et pensent que cela suffit pour trouver du travail.

    J’ai eu la chance de vivre près de 3 ans en Australie. La deuxième année fut de loin la plus belle année de ma vie. Ce pays m’est tombé dessus par pure chance, je n’avais aucune intention d’y aller et n’en connaissais que les clichés. Mon seul regret est de ne pas l’avoir découvert plus tôt mais peut-être que j’aurais juste suivi le tourist trail avec mon WHV… Oui, pas d’idée préconçue facilite les choses mais après il faut travailler à la découverte et « vivre le pays » comme cela a été si bien dit auparavant.

    J’y retourne dans un an environ et pourquoi pas forever ? La France me semble un pays bien petit désormais, à tous points de vue. La mentalité française, de plus en plus dur à supporter.

    Ce que j’adore Down Under sans ordre d’importance :
    – les climats.
    – la nature, faune et flore.
    – la diversité des origines des Australiens mais leurs traits communs : pionnier, travailleur, pragmatique, actif, positif, solidaire (no worries mate), humble (cut down the tall poppy)
    – l’espace (je ne suis pas très mégalopoles), les paysages et la liberté que ça induit.
    – la devise de l’Australie : « give everybody a fair go » Oui, Australia est encore un eldorado qui se mérite un peu quand même.
    – la mentalité anglo-saxonne (j’ai aussi vécu en Irlande et en GB) et surtout australienne beaucoup plus égalitaire.
    – l’absence de centrale nucléaire pour un pays qui a les plus grandes réserves mondiales d’uranium (inexploitées !)

    Ce que je n’aime pas trop :
    – la gestion du problème des aborigènes : dur de réparer le mal qui a été fait.
    – le côté superficiel parfois mais qui est le pendant d’une certaine décontraction. Bien pour le premier contact mais il faut creuser.
    – le fossé ville-campagne qui se creuse encore et les problèmes qui en découlent (gestion de l’eau et de l’environnement, surpopulation, balance du pouvoir…)
    – le lobby minier (qu’adviendra-t-il de ce pays une fois les mines épuisées ?)

    Enfin, mon expérience m’incite à penser que le succès du voyage (comme du reste le bonheur) repose sur les rencontres et sur son état d’esprit personnel du moment. J’ajouterais, sans avoir d’opinion tranchée sur ce sujet, qu’une certaine forme de dénuement et de détachement matériel sont des facteurs qui concourent à cette réussite. Prendre le temps de voyager est aussi un atout primordial quand on peut se l’offrir.

    Merci de ta réflexion et des commentaires qui ont permis de formaliser mes pensées.

    Bonne route 🙂

    8 avril 2014 à 17:26
  • Amandine
    Répondre

    on a croisé notre chemin a brome, je ne sais pas si c’était avant ou après que je devienne fille au pair..j’ai été sécu de laustralie à perth, grande ville, fetes, rien de bien existant. cependant, je pense que cela depend de la situation que tu as… étant au pair, la famille m’a fait découvrir la vraie vie australienne, la veritable culture, les soirées entre voisins, les week end de peche… ca a été la plus belle experience de ma vie que d’enfin me sentir bien juste en restant dans un hamac a jouer de la guitare..comme tu le disais, ils sont simple et apprécient leur vie avec les choses simples comme la peche..
    je pense que si on voyage en van, ce que j’ai fais une semaine..c’est décevant et l’égo de sois meme nous rend tellement en colère contre le système qu’on apprécie plus ce que le pays à a offrir pour se concentrer sur le négatif.
    je retourne en australie dans quelques semaines et compte vivre cette vie locale australienne car jesuis tout a fait d’accord , la vie de backpacker en australie, c’est la misère entre les rangers partout et les boulots que personne ne veut que l’on doit accepter, le cout de vie…
    super article en tous les cas 🙂 tellement de gens rêvent en lisant certains articles sans se douter de cette réalité du backpacker que tu racontes si bien!contente d’avoir croisé ton chemin en australie

    17 février 2014 à 18:39
  • Salut Alex, en 2009 je suis partie en Australie pour un an. J’ai visité tout le pays sauf la cote Ouest (le contraire de toi). Déjà quand j’y étais je trouvais qu’il y avait énormément d’autres voyageurs surtout Français et Allemand. Et pour beaucoup d’entre eux c’est la première fois qu’ils sont loin de leurs parents et ça se voie. Ils ne savent pas se gérer, ils font toujours la fêtes etc… Les bon relou que j’aime pas quoi. Pour ça autant rester chez soit. Surtout au prix de l’alcool en Australie.
    Attention j’ai rien contre faire la fête mais beaucoup font n’importe quoi et en plus ils ne savent pas gérer leurs budgets. Ce qui entraine des problèmes par la suite.

    Pour le boulot ça commençait à être bouché. Alors j’imagine même pas maintenant.
    L’Australie comme tu l’as bien dit dans ta vidéo c’est bien pour une personne (jeune) qui fait son premier voyages.

    Moi j’ai eu une bonne expérience parce que j’ai évité les autres Français, les fêtes bidons etc…
    Désolé de dire ça mais c’est la vérité. Même si je suis content d’en rencontrer certain parfois.

    J’avais bien tafé vu que j’avais trouvé du boulot en cuisine et ma copine dans un hôtel. On a bien pu économiser d’ailleurs grâce à ça on est aller par la suite en Indonésie, Thaïlande et Cambodge 🙂

    Je garde un bon souvenir de l’Australie (notamment de Kangaroo Island), ça a été un bonne expérience. En plus il y a pas mal d’endroit à visiter même si au bout d’un moment tout se ressemble. D’ailleurs au bout d’un moment j’en avais plus rien à foutre de passer à coté d’une plage magnifique vu que j’en avais vu des dizaines avant.

    Mais bon chacun son voyage et chacun son expérience. Les rencontres que l’on fait et l’itinéraire que l’on prend change beaucoup d’un voyageur à un autre et du coup notre expérience aussi.

    Je comprends ta « déception » mais au moins tu t’es fait une opinion par toi même et comme ça tu n’auras pas le regret d’y être jamais allé.

    Peut être qu’un jour on se croisera sur la route…

    Bye

    16 février 2014 à 14:30
  • Hello Alex,

    Je partage en partie ta déception, essentiellement sur le côté « business ». Le tourisme en Australie est bel et bien devenu une véritable machine à cash et un aimant à touristes occidentaux. Je m’attendais assez facilement à rencontrer des australiens. Ce n’a pas été le cas. En Australie, on trouve essentiellement des allemands, des anglais, des français, ainsi que quelques hollandais et quelques suédois. Pas évident de rencontrer des australiens pure souche. Il faut dire que l’Australie a une superficie représentant 15 fois la France et est 3 fois moins peuplés. Ce sont donc principalement des touristes que l’on croise.

    Il est possible de trouver des lieux atypiques loin des touristes mais c’est assez chronophage car les recherches sur internet ou le bouche à oreille sont indispensables. Je pense que l’immensité du territoire effraye quelque peu. Avec du recul, je me rends compte qu’il est plus facile de suivre l’itinéraire tracé par le tourisme de masse que de sortir des sentiers battus. C’est, hélas, ce que j’ai fais.

    Il est facile de se laisser tenter par la multitude de lieux (magnifiques je tiens à le souligner !) et d’excursions proposées par les agences de voyage : Ayers Rock, Fraiser Island, Whitsundays (je n’ai fais que la côte est)… Des spots splendides il faut l’avouer. Malheureusement, Internet est là pour nous montrer en avant première les plus belles images des plus belles plages, des plus beaux sites. Alors que rien ne vaut la découverte de merveilles en temps réel 😉

    Bien sûr, l’Australie reste un must-see et tout voyageur en quête de rencontres diverses et variées et en sensations fortes sera comblé. Je rejoins Alex à 100% lorsqu’il parle d’idéaliser un pays avant de s’y rendre. Le fantasme peut être dangereux. Prudence donc 😉

    5 février 2014 à 08:26
  • Bonjour Alex,
    Je comprends ta déception face à cette perte de liberté. J’ai moi même fait un voyage en van dans l’ouest canadien et américain et ce que j’aimais justement était la possibilité de pouvoir dormir où cela me tentait quand j’en avais envie, sauf dans les parcs nationaux bien sur. Il ne suffisait que de me stationner quelque part et de fermer les rideaux du van. J’ai dormi dans un quartier huppé à Los Angeles par exemple, le long du trottoir. Bon là c’est pas facile pour le pipi du matin quand le seul endroit est la pelouse parfaite de la maison à 2 millions de dollars alors que les ptites dames promenent leur petit chien. Mais bon, avec discrétion, pas de problème avec les rangers 🙂 C’est l’avantage d’un van justement, ne pas à devoir débourser pour l’hébergement. Alors si jamais tu as envie d’un autre road trip, un petit boulot dans les vergers canadiens (les cerises c’est assez payants) et l’ouest américain par la suite. Je suis persuadée que tu ne seras pas déçu cette fois 🙂 et si tu passes par Montréal, fais signe 🙂

    30 janvier 2014 à 18:00
  • Et Alex tua le tourisme australien en une vidéo… 😉

    Après 11 mois sur place, sans avoir eu le temps de parcourir le grand ouest comme toi, je comprends pas mal de tes points de vue, mais ne suis pas d’accord sur tout. Les côtés pratiques d’abord, comme Flo, je n’ai pas eu trop de problèmes pour dégoter des spots où dormir gratuitement, hormis les grandes villes ou la région de la Gold Coast où on se couche et on dort que sur une oreille en attendant les rangers. Mais sinon ça se fait encore bien. Peut être qu’il aurait fallu que tu restes plus de trois mois pour vraiment développer les techniques du renard fureteur de free spot ! 😉 Un des secrets est en tout cas de s’écarter des gros regroupements et des lieux de grosses fêtes de backpackers, on peut difficilement concilier les deux…

    Pays de fêtard justement, c’est vrai, mais jusqu’à quand ? Comme tu l’expliques bien, ce modèle de voyageur insouciant amène parfois à des dérives comme le vol, le non-respect des lieux, le rejet des populations locales… (je généralise hein, tous les fêtards ne sont heureusement pas comme ça…) Y’aura-t-il bientôt des quotas et une immigration sélective, ce n’est pas impossible, ça serait dommage d’en arriver là. En tout cas je tiens à faire passer le message qu’il y a aussi la place pour les baroudeurs et les chercheurs d’aventures, et c’est ça je pense qu’il faut promouvoir ! Alors c’est vrai qu’on trouve plus difficilement l’émerveillement et le dépaysement qu’offrent par exemple l’Asie ou l’Amérique latine (j’en ai pas fait autant que toi, mais j’ai quand même pas mal goûté aux deux). La raison est simple selon moi, on est dans un modèle qui ressemble beaucoup plus au nôtre (occidental j’entends), le pays est juste immense (14 fois la France) et la population te tombe moins souvent dessus (ils sont que 22 millions de pèlerins sur un continent quand même). Alors oui, c’est moins dépaysant dans ton assiette et à chaque coin de rue, ça demande peut être plus d’efforts et de temps comme tu le dis pour vraiment l’apprécier.

    Pour moi l’Australie c’est un pays qui se vit plus qu’il ne se visite. Un peu comme certains coins du Canada, je pense à Montréal par exemple. On en profite vraiment quand on a vécu chez l’habitant et qu’on a gouté à la vie « simple » de l’Aussie (je préfère ce terme au basique que tu emploies), qu’on est parti dans certains coins reculés en se réveillant au son des kookaburras ou en allumant son barbecue alors que les kangourous s’excitent dans la clairière d’a coté et que les koalas t’épient au sommet des eucalyptus. C’est un pays où on redécouvre un peu le voyage, en prenant son temps. Et si tu veux découvrir une autre facette de ce pays, je te conseille d’aller faire un tour en Tasmanie qui est encore relativement épargné par le tourisme de masse et même boudé par les Australiens. C’est une vraie pépite !

    Et pour répondre à Haydee, oui en effet ce sont d’anciens convicts, mais je te promets qu’on n’a jamais vu des ex-bandits respecter autant les lois. Les bandits, là-bas, c’est nous 😉 Ils tournent moins autour du pot et aiment les plaisirs simples de la vie comme le dit bien Alex. De là à les comparer à des rustres et des soulards… Hmmm Na comme disait mon boss là bas !

    16 janvier 2014 à 16:25
    • beau résumé que je partage totalement!

      16 janvier 2014 à 16:32
    • Amandine
      Répondre

      très beau résumé, l’ayant visité en tant que backpacker et vécu en tant que au pair évitant les français mais continuant les rencontres magiques..j’y retourne une seoncde année et retrouve mes amis australiens..j’avoue que le résumé :c’est un pays qui se vis plus que ne se visite est très réaliste 🙂 j’aime beaucoup .mais le visiter avec les gens qui y vivent, ils rouvrent leur coeur et les endroits cachés c’est pour cela un incroyable pays :p 🙂 ( aller a la peche au milieu de nul part, peche au crabe, au poisson, courser les kangourou en pick up au milieu dune ferme de kms appartement à des amis, passer une soirée au bord de la piscine a boire du « champagne » pfiou, apprendre à peindre avec des locaux, plaisanter avec des abo ,c’est quand meme dommage d’avoir que lexperience backpacker ( qui est bien réel pour certaines experiences )qui est c’est vrai un peu ..voila c’est ce que je tenais à rajouter .. il faut le vivre, le vivre a fond , en étant toujours positif de ce qui va nous arriver et tout nous emerveille 🙂 meme les libellule au bout de notre canne a peche 😉

      22 février 2014 à 10:22
  • Salut Alex!
    Comme tu dis chacun son avis! peut-être est-ce le fait que mon voyage en Australie a été ma première grande expérience de voyage mais j’ai adoré dans l’ensemble même si parfois il y a eut des moments moins drôles! Moi qui aime la vie simple et il faut bien le dire loin des foules, le road trip a été une révélation! Les australiens sont chaleureux et accueillants (j’ai été au pair et j’ai fait du wwoofing, ce qui m’a bien permis d’échanger sur tout un tas de sujest avec les australiens). Le pays est un vrai pays de voyageurs, je n’ai pas fait la côte ouest donc je ne peux pas me prononcer là-dessus mais la ârtie sud-est du pays offre de nombreux camps gratuits dans les forêts, les montagnes… c’est bien fait et c’est l’occasion de rencontrer d’autres voyageurs, avec qui le contact passe en général très bien et très vite (même pour mois qui suis pas une pro des relations sociales!). Après bien sûr il y a des points négatifs : trop de français (pour apprendre la langue c’est pas facile) et de voyageurs en général, des jobs mal payés… mais une expérience qui change le regard sur les autres et sur toi même! Après un an en road trip et 3 mois de retour en France, la vie à l’arrache sans trop de contraintes me manque énormément!

    14 janvier 2014 à 11:57
  • Salut !

    C’est un beau résumé de l’Australie, mais il est toujours difficile de se faire une idée d’une pays en ayant visité qu’une seule partie, la côte ouest est très différente de l’est, plus touristique mais peut être plus de choses à faire.
    Je suis aussi partie 6 mois dans ma voiture, et c’est là qu’il nécessaire de savoir choisir sa voiture, prendre un véhicule qui passe inaperçu est primordial mais ça on l’apprend toujours à nos dépends. Les vans se font toujours contrôlés, les breaks ou panelvan (genre de berlingot rallongé) sont parfaits. Après il faut savoir choisir les coins tranquilles, quitte à tourner le soir pendant plus d’une heure pour trouver l’endroit idéal qui n’exclut pas bien sur la probabilité de se faire réveiller.
    C’est clair qu’il y a énormément de touristes et ça en devient presque lassant quand on se balade en ville et qu’on entend parlait français. Pour autant, il faut essayer de s’en échapper et d’essayer de rencontrer les locaux qui pour le coup, dédaignent les backpackers que nous sommes.
    Merci d’avoir parler de ton opinion sur les gens du voyage, c’est exactement le ressenti que j’ai eut. Et tant mieux, ça nous fait prendre conscience des faiblesses de notre société.

    Le contact des Abo est difficile surtout dans certains endroits comme Darwin, mais reste toujours possible et c’est certainement une civilisation qui mérite qu’on s’y intéresse un peu plus (bien que les bonnes volontés soient là).

    La vraie liberté, c’est de vivre dans sa voiture, de s’arrêter où tu veux pour manger, dormir, ne pas avoir de frigo, de douche et tout le confort d’une maison, où tes premières préoccupations sont celles de chercher un endroit sympa pour manger, trouver de l’eau potable et de l’électricité. Et de se rendre compte que tu n’as pas besoin de beaucoup pour bien vivre.
    L’Australie est un pays chaud, tu peux vivres dehors, il y a des barbecues prêt à l’emploi un peu partout pour le public, et ça c’est génial !

    C’est pas toujours facile mais c’est un pays merveilleux, à bas chômage (même si je l’admet, il n’est pas toujours simple de trouver du taf avec un WHV), aux conditions de vie très agréables et au niveau de vie plus élevé que le notre en France. Profite en quand même !

    14 janvier 2014 à 11:25
  • Tu viens un peu de casser mon rêve de partir dans cette lointaine contrée… Mais effectivement c’est bien de préciser tout cela et d’avoir l’envers du décor. De nos jours, les lieux préservés du tourisme se comptent sur les doigts de la main (en exagérant un peu) et c’est malheureusement irréversible.
    En tout cas merci pour ces belles photos, tes impressions et ton objectivité!

    ++

    13 janvier 2014 à 23:37
  • J’ai vécu 6 mois en Australie en 2007 dans le cadre de mes études (dans le cadre d’un PVT mais j’étais stagiaire en entreprise ce qui m’a épargné la mission presque impossible de trouver un job à Sydney) et je partage tout à fait ton avis.

    A mon avis on a tendance un peu à « survendre » l’expérience australienne (comme d’autres l’ont dit, on se sent presque obligé de dire « ouais, trop génial » et on n’ose pas forcement nuancer son jugement de peur de passer pour un rabat-joie) alors que la réalité, même si elle est très chouette (aller surfer en sortant du boulot, boire une bière en bord de plage sans se prendre la tête, c’est vrai, c’est cool), est un peu plus contrastée que cela. Ton article le résume très bien

    13 janvier 2014 à 22:47
  • Samson PompOm
    Répondre

    Je préfère l’avis de ma tite soeur qui y a vécu 1 an et y est retournée 3 semaines en 2013, car elle a gardé et ce depuis 3 ans qu’elle est revenu, des amis aussies. Elle aime ce pays pr son côté humain, des gens qui vivent simplement et heureux, ds un cadre sympathique faut se l’avouer. Je suis comme elle pr le peut que j’ai voyagé (qu’en Europe pr le moment ;)) Je priviligie les relations humaines, dc moi je suis open . Ms c sure c très bien de donner cette avis pr que les gens ne soit pas déçu

    13 janvier 2014 à 22:38
  • Cindy La Franchuta
    Répondre

    Salut Alex!! Waouuuh tu as su posé des mots sur ce que je n’arrivais pas forcément à expliquer à mes potes à mon retour en France. Comment dire en effet, bah qu’en fait j’ai été déçu de mes « vacances » de 5 mois alors qu’eux on bossait avec un temps de m*** à Paris… Du coup je crois que pas mal de francais à leur retour se sentent obligé de dire  » ouais carreeeement c’était trooooop cool l’Australie!! »
    Et ce que tu dis est tout à vrai, j’ai passé 6 mois en Amérique du Sud, à parcourir l’Argentine, le Chili, le Perou, la Bolivie , l’Uruguay , le Brésil. C’était tellement extraordinaire de par les paysages, la culture, les gens… Je crois que le niveau était tellement haut que en effet l’Australie m’a aussi un peu déçu. J’ai plus été surprise par la Nouvelle Zélande, moins de distance à parcourir, un sentiment de liberté plus important… je crois qu’en effet j’attendais trop de l’Australie alors que je ne m’étais rien imaginé de la NZ…du coup pas de déception en NZ;) Je retiendrai quand même en Australie les magnifiques Whitsundays Island et sa splendide Whiteheaven beach, le Mont Uluru ainsi que les koalas , les kangourous , les oiseaux trop bizarre au long bec de Brisbane… Bref à refaire je referai parce que c’est une superbe aventure, de belles rencontres, quelques surprises et en effet je conseillerai l’Australie à ceux qui n’ont pas encore trop voyager! Merci Alex pour ta belle analyse!!
    Ps:Et honte à ceux qui se mettrai au French shopping. En 2009, je n’en avais pas entendu parlé, apparemment c’est aujourdhui devenu une expression… Ceux là ne sont pas de vrais voyageurs, qu’ils restent en France plutôt que d’aller faire de la m**** chez nos amis du Monde!

    13 janvier 2014 à 21:24
  • Chloé
    Répondre

    Après 10mois d’Australie, la déception à été là certes, mais ce que j’en ai retiré c’est oui la Simplicité de la vie, se rendre compte que l’on peut vivre sans portable, internet … (merci le soleil et sa chaleur j’avoue aussi, car la vie de backpacker est plus difficile à faire en fr).
    Cependant je ne suis pas de ton avis sur les paysages tous plus magnifiques les uns que les autres, j’ai adoré la diversité que tu peux rencontrer, désertique à l’ouest, tropical à l’Est. Je pense que en tant que français la déception est présente car oui, on nous vend se pays comme étant facile d’accès (travail/population locale/rapport abo…) mais il ne faut pas oublié que se pays est tout jeune, et le manque de culture m’a pour ma part énormément marqué. Je parle de culture tant au niveau des choses (architecture des villes…), que dans la tête des gens, ce pays manque d’histoire, voilà tout et les gens qui y habitent ne font aucun effort pour garder la VRAI histoire du pays, celle du peuple Aborigène. (On ressent le racisme envers les Abo et les Français même si ce n’est pas au même niveau mais ce n’est pas une généralité pour autant). Il ne faut pas oublier que les premières terres rendu au peuple Aborigène ont été rendu qu’en 1945 ou 35 je ne sais plus mais c’était hier, et cette histoire n’est pas enseigné à l’école, ça devient un problème pour les années futurs car comment construire un pays sur des mensonges …
    Les générations qui arrivent construisent l’Australie sur un mode Américain je trouve, (mal bouff, société de consommation, l’eau coule à flot alors que la moitié du pays est désertiques, rien n’est trié, les fermes sont entourés de ferraille laissées à l’abandon depuis des années mais c’est le charme des lieux qui vous font penser à de vieilles photos de la ferme et son cow-boy des années 50), c’est un pays de contraste. Le pays nous invite mais pas trop comme tu le dis si bien, « on veut bien que vous veniez travailler mais pas trop vous voir » c’est exactement ca.
    Pour finir, pour ma part je recommande ce pays pour sa diversité de paysages et mentalité entre ville et terre, mais aussi et surtout parce que c’est Le pays pour ceux qui ne sont jamais partis aussi loin car c’est un pays tellement grand que vous découvrez le sens du mot LIBERTE, de vivre, penser, de mouvement, tout le monde est friendly comme on dit, vous n’êtes jamais seul et tout le monde s’entraide, comme vous pouvez être au milieu de nul part.
    ce voyage m’a donné envie de faire le tour du monde.
    Merci pour les souvenirs.

    13 janvier 2014 à 20:14
  • Tu confirmes le choix que nous avons fait d’aller passer un an en Nouvelle-Zélande. Le pays est aussi sur-visité, mais d’après les retours des voyageurs qui ont fait l’Australie, tout de même plus authentique (ça semble bizarre de dire ça vu l’étendue du pays!!) Depuis on est rentré (des étoiles plein les yeux) et je suis maintenant trop vieille pour le PVT, mais je ne regrette pas mon choix, et si l’Australie m’attire encore, je sais que j’y ferai un voyage soit professionnel (inch’allah), soit plus ciblé (ah le bon vieux rêve Dundee!)

    13 janvier 2014 à 19:53
  • très beau résumé mais comme tu peux le préciser chacun a son avis et chacun vis son expérience différemment!
    Pour ma part j’ai passé 11 mois en Australie suivis de 5mois en Nouvelle-zelande, en WHV tous els deux, et le premier constat est qu’effectivement ce n’est pas en Austarlie que j’ai vu mes plus beaux paysages mais en NZ, cependant j’ai vu des plages extraordinaires, des contrées aussi belles qu’en NZ ….il faut savoir les chercher et sortir des sentiers batus!
    J’ai vécu L’oz comme une expérience personnelle et on doit forcement apprendre a s’ouvrir, survivre, se debrouiller …c’est aussi le secret de lea réussite pour la recherche d’un job qui effectivement est moins simple qu’il y a qq années du au fait du succes du WHV la bas, mais qui cherche trouve, qui est motivé na pas besoin de French-shopper!
    Ensuite parlant experience humaine j’ai adoré, un peu bourrus parfois mais avec un coeur enorme et un mode de vie bien simple : jai fait plusieurs experiences de Helpx (semblable au woofing) avec des familles fantastiques qui m’ont permises de découvrir la vie locale : faites le ca en vaut la peine…et ca fait faire des economies! Je n’ai pas voyagé en van en Oz mais effectivement les amis l’ayant fait ont un peu galéré, en NZ le systeme est le meme mais on trouve tj des solutions
    en resumé la vie est chere, pas toujours facile mais c’est une facon d’apprendre a s’adapter et a trouver des plans B.
    un conseil si vous partez la bas : ne faites pas de plan de voyage, laissez vous porter par les coups de coeur et les rencontres, soyez patiens, ouverts et positifs, oubliez votre habitude bien francaise de raler et appreciez chaque jour (et oubliez bien vite les plans de fruit picking foireux!)

    13 janvier 2014 à 19:46
  • Herzy Leid
    Répondre

    Globalement je suis d’accord avec toi même si des points de divergence subsistent.
    Il est clair que le pays est surchargé de backpackers et à mon sens, c’est encore plus vrai pour les français, voire les allemands. Avec ça, la fête est en effet très présente dans certaines parties du pays (c’est « mieux/pire » autour de quelques villes de la côte Est) et les points que tu mets en avant (langue, culture, etc) en font en effet une destination plutôt grand public, au final.
    Il faut cependant distinguer plusieurs choses.
    D’une part, la situation était différente il y a quelques années et ce, en grande partie car l’Australie n’était pas – pas encore – une destination très sollicitée. D’autre part, les généralités que tu fais – et qui sont compréhensibles – ne sont pas valables dans tout le pays.
    Fort heureusement, il y a encore des espaces beaucoup plus libres et, pour ma part, j’ai eu l’occasion d’apprécier des paysages et endroits qui m’ont impressionné. L’accueil des australiens est très chaleureux et je crois que tu as bien cerné les traits qui les définissent au moins en partie. Sortir des sentiers battus permets là encore d’approfondir l’idée et de découvrir d’autres choses.

    Au final, je crois qu’il y a autant de voyages que de façon de voyager et je pense que si ton chemin avait été différent, tu garderais meilleur souvenir de ce pays.
    En tous cas, merci pour ces commentaires et vidéos, c’est toujours un plaisir de se pencher dessus.

    13 janvier 2014 à 19:45
  • Salut Alex !
    Je voudrais réagir sur ce que tu as dis car j’ai ressenti un peu la même chose. Cela faisait au moins 6 ans que je rêvais de partir sur cette île continent ! Après avoir assez bossé et économisé j’ai fait ma demande de WHV. J’ai eu la chance d’avoir trouvé un boulot avant de partir. J’ai travaillé 3 mois sur Melbourne. Les débuts ont été difficile à cause de la langue mais je me suis vite adaptée. Le point négatif est qu’il y avait beaucoup de français et j’ai rencontré très peu de locaux ! Une fois mon boulot terminé, j’ai donc pris mon sac à dos et j’ai commencé à faire un trip sur la côte est pour rejoindre Cairns le tout en bus. Cette fois-ci j’ai évité les français et j’ai rencontré beaucoup d’étrangers du monde entier mais très peu d’Australiens. J’ai trouvé des endroits vraiment jolis mais je me suis vite aperçus que les français n’étaient pas trop aimés. Et malheureusement ou que j’aille ce sentiment ne m’a jamais quitté. J’ai essayé de retrouver du travail et à chaque fois c’était un refus et on m’a même dit une fois que j’étais française donc que ca n’était pas possible pour le poste ! J’ai été choquée !! J’ai donc décidé de continuer mon périple sans chercher de boulot et rentrer en france. J’ai donc été de Cairns à Darwin et j’ai traversé tout le désert australien jusqu’à Melbourne. La j’en ai vraiment pris plein les yeux et j’ai pu m’imprégner de la vraie culture australienne.
    Après 3 mois de road trip je suis rentrée en france bien sur heureuse de mon périple et d’avoir pu réaliser mon rêve mais décue. l’australie n’est plus l’eldorado que l’on a voulu nous faire croire.
    On m’a demandé si je recommanderais le WHV et j’ai répondu non sans hésiter. Cela ferme beaucoup de porte si vous cherchez du travail dans des milieux plus ciblés. car soyons honnete avec le WHV on fait le boulot que les australiens ne veulent pas faire. Du coup je recommanderais de faire une demande de permis de travail plutôt que le WHV. J’ai tout de même écrit des articles positifs sur les endroits que je recommande de visiter avec des conseils sur le pays.
    En tout cas c’est toujours un plaisir de t’écouter dans tes vidéos donc ne t’arrête pas.
    à bientôt et je te souhaite une très bonne année qui pour toi commence très bien (encore félicitation pour le concours)
    Rêveusement,
    Aurélie

    13 janvier 2014 à 19:41
  • la road tripeuse
    Répondre

    Il est vrai qu’un conseil n’engage que celui qui l’écoute et je trouve le résumé de ton expérience très intéressant car je suis mois même partie 8mois en Australie, 6 a travailler un peux et 2 mois de réel road trip en van.
    4 mois a Bundaberg au dessus de Brisbane a faire du fruit picking, 2 mois de service a adelaide et le road trip départ de Adélaide/ Melbourne /Sydney/Brisbane/Rockampton/OutBack/AliceSpring et enfin retour a Adelaide.
    Et je n’ai pas vécu l’Autarcie comme toi mais comme on me la décrivais, comme un rêve. J’ai vu des chausse incroyable rencontré des gens du monde entier (j’avoue j’ai pas appris l’anglais car trop de français mais en faisant un effort on quitte les français et on se débrouille pour discuter avec les autre donc en anglais) et j’ai gagné mon van partout!!!
    La loi est différente selon les état et a l’Ouest les surfeur dorme sur les bord de plages donc les ranger sont moins présent. Dans le désert Sans camping (parking en faite) pas d’eau donc…. pas le choix
    Et je pense que quand on est jeune la cote intéressante et la plus fêtard et jeune c’est l’Est! Tout les australien et road trieur que j’ai croise mon dit, « la cote Ouest est a faire en amoureux » comme tu le dit trop de route entre les point d’intérêt! A l’Ouest y a trop de point d’intérêts!! on en sais plus ou s’arrêter!!
    C’est vrai que c’est pas donner comme vie le road trip, j’avais fait un rapide calcule et émois c’est la limite entre l’achat et la location de van. Moins une location est plus simple, plus on sais qu’on aura le temps de revendre.
    Enfin il reste évident que l’Australie c’est le pays de la fête. Mais moi j’ai aussi trouvé que c’était le pays du travail facile pour les jeune et des paysage et découverte incroyable a chaque coin de rue. Et quand je suis rentré, j’ai recentré des gens qui étaient eux aussi partie, et la je me suis rendu compte de ma chance, j’avais vécu mon voyage a fond, j’avais vécu une aventure du bout du monde et j’avais rencontré des koala (pas si gentil que ça c petites bête) et tout ça dans des condition génial sans le moindre regrets sans la moindre déception (si j’avoue quand j’ai fait l’itinéraire, j’ai raté un truc énorme et je m’en suis voulu mais personne le sais) mais en face de moi j’avais quelqu’un qui avait luté toute la dur de son aventure et gardai le souvenir d’un pays hostile.
    Conclusion? L’Australie est grande! C’est toute l’Europe et si certain trouverai leur bonheur en Espagne d’autre préfère l’Irlande, la France ou la Suède…. Il en va de la chance de tombé au bon endroit au bon moment en Australie.

    13 janvier 2014 à 17:54
  • C’est un peu ce que j’attendais comme retour. Le mot « extraordinaire » me gène chaque fois qu’on me le prononce pour qualifier un pays !
    Et puis je vais être honnête, je n’aime pas le road trip de manière générale. Rester dans une bagnole des heures pour aller d’un point à l’autre comme tu dis et faire 800 km, c’est pas top ! Autant le faire en vélo par exemple, au moins tu es dans l’effort, mais en Australie je ne sais pas ce que ça donnerai vu les routes si longues.

    J’ai entendu du mal aussi de l’Australie, que c’est un pays de rustres et d’alcooliques, est-ce vrai ?

    Je ne sais pas s’ils « basiques », le peu que je sais c’est que c’est un peuple d’anciens taulards (sans critique de ma part, juste une constation) !

    En parlant des roms, j’en ai pleins à côté de chez moi et c’est con ce que je vais dire mais je les cautionne ! Il faut savoir qu’ils disent de nous que nous avons un collier de chat, car nous ne sommes pas libres comme on veut bien le croire.

    Encore une vidéo qui assure. Bravo, elles sont mieux avec le temps je trouve.

    13 janvier 2014 à 17:14

Ecrire un commentaire