Conseils pratiques

Il est diabétique, il a voyagé autour du monde : si, c’est possible !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr
Il est diabétique, il a voyagé autour du monde : si, c’est possible !
5 (100%) 8 votes

Le tour du monde en 333 jours…et 1330 injections d’insulines !

Le 22 juillet 2014, je suis parti à 27 ans réaliser un rêve : partir à l’aventure et voyager pendant 11 mois pour faire un tour du monde !!

Au programme : L’Amérique, du sud au nord, puis l’Asie et enfin l’Afrique.

Oui mais voilà, je suis diabétique insulino-dépendant

Mon voyage autour du monde

Qui n’a jamais rêver de ressentir un jour ce sentiment de liberté ?

Allez où le vent nous porte. Découvrir ces endroits que l’on connaît par cœur, mais seulement à travers des revues ou des émissions TV.

Je suis enseignant, mais l’année qui vient de s’écouler, j’étais celui qui apprenait. J’ai pris un an de congé pour faire le tour du monde (« tro ar bed » en breton).

En 333 jours de voyage,  j’ai donc :

  • dormi dans la forêt Amazonienne
  • nagé avec des lions de mer en Patagonie
  • découvert au petit matin le désert de sel d’Uyuni
  • gravit le Machu Picchu
  • dansé la salsa (comme un arbre il paraît) à Cali en Colombie
  • plongé au large de l’île de Cozumel au Mexique
  • arpenté les rues de New York sous la neige en période de Noël (Oui ! Comme dans « Maman j’ai raté l’avion ! »)
  • fait du chien de traîneau au Québec
  • coupé du bois (comme un vrai bûcheron) en mission WWOOFING en Colombie Britannique
  • vu les cerisiers en fleurs au Japon
  • dit bonjour aux pandas de Chengdu en Chine
  • visité la vallée de Katmandou au Népal
  • plongé à nouveau en Thaïlande
  • allé au bout du monde au Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud
  • terminé mon voyage par un safari à la frontière avec le Mozambique dans le parc Kruger.

Bref, une année incroyable dont les sensations éprouvées sont assez difficiles à transmettre en quelques mots.

C’est d’autant plus grisant que ce ne sont pas le genre de choses que l’on vous incite à faire lorsque vous êtes diabétique. Et pourtant !

itineraire tour du monde tro ar bed

Le diabète, c’est quoi ?

On entends souvent parler du diabète mais il y a souvent beaucoup de confusions faites le concernant.

Tout d’abord il y a 2 types de diabète :

  • le diabète de type 2, beaucoup plus répandu caractérisé par une résistance diffuse des muscles, du tissu adipeux et du foie à l’action de l’insuline
  • le diabète de type 1 caractérisé par la disparition des cellules du pancréas qui produisent l’insuline (Il concerne environ 10 pour cent des diabétiques dans le monde)

Je suis diabétique de type 1.

Ne produisant plus d’insuline, je suis constamment en hyperglycémie (trop de sucre dans le sang). Je dois donc m’injecter cette insuline 4 fois par jour, tous les jours, toute ma vie. C’est une maladie chronique dont on n’a pas trouvé l’antidote miracle à ce jour.

Je dois également éviter les hypoglycémies pouvant être causées par une injection trop importante d’insuline, une activité sportive ou un repas trop pauvre en glucides.

Se procurer de l’insuline en France est aisée et le traitement est totalement remboursé. Mais ce n’est pas le cas partout.

salar d'uyuni tour du monde

Se procurer de l’insuline

L’insuline se conserve dans le réfrigérateur. Une fois un stylo d’insuline en cours d’utilisation, il se conserve au maximum 1 mois hors du réfrigérateur.

J’ai donc fait le choix de me procurer de l’insuline tous les mois dans les pharmacies locales.

J’ai aussi anticiper l’approvisionnement. Ainsi, avant de passer en Bolivie et au Pérou, ne pensant pas en trouver dans ces pays, j’ai pris des réserves d’insulines dans une pharmacie de Salta, en Argentine. Je devais ensuite me rendre au Costa Rica.

Un changement de plan, comme ils furent nombreux durant mon voyage, m’a fait poursuivre ma route vers l’Équateur et la Colombie.

Je pensais trouvé de l’insuline dans ces pays mais un des deux types que j’utilise était introuvable.

J’ai fait un bon nombre de pharmacies dans ces pays jusqu’à ce qu’un pharmacien Colombien me dise que je n’en trouverais tout simplement pas dans le pays. Le laboratoire qui produit l’insuline m’avait pourtant affirmé que j’en trouverai, mais était incapable de me dire où.

Mes réserves faites en Argentine m’ont alors servi plus de 2 mois. Heureusement pour moi, l’insuline se conserve donc plus qu’un mois quand elle n’est pas au frais !!

Arrivant « à cours de munitions », j’ai demandé à ma famille de me poster chez une amie au Mexique chez qui je me rendais après la Colombie, des stylos d’insuline.

J’avais laissé quelques stylos au frais en France, au cas où ce cas de figure se présenterait.

Je n’en aurai pas eu besoin au final, car les pharmacies Mexicaines contenaient tout ce dont j’avais besoin.

Si en Amérique du sud, on ne me demandait jamais d’ordonnances médicales, en Amérique du nord, il me fallait une ordonnance du pays dans lequel je me trouvais.

Obtenir une consultation chez un médecin au Québec peut se révéler assez long. J’ai donc opté pour la Colombie Britannique, c’est moins long mais tout aussi coûteux !

La simple consultation, d’une durée de 4 minutes, pour une ordonnance m’a coûté 120 CAD soit 90 euros.

colombie

Le coût d’un traitement d’insuline

Voyager avec le diabète comme compagnon de route engendre effectivement quelques frais supplémentaires.

Le traitement coûte cher, et les consultations médicales peuvent se révéler également coûteuses.

C’est la raison pour laquelle j’ai souscrit avant de partir à la Caisse des Français de l’étranger (CFE).

L’adhésion est, elle aussi, assez chère mais il me suffisait ensuite de leur envoyer mes factures médicales (médecin, pharmacies) pour être remboursé comme en France.

Au final, cela ne s’est pas révélé plus avantageux de souscrire chez eux (la balance dépenses/adhésion CFE étant assez équilibrée), mais on ne sait jamais, il n’y a pas que le diabète. Il valait mieux être prudent.

J’avais, à côté de cela, souscrit à une assurance voyage (Chapka Aventure). Pareillement, elle ne m’a pas servi, mais je ne suis pas passé loin d’avoir eu quelques ennuis, à plusieurs reprises, et au final, je préfère avoir du payer et m’en être sorti indemne à chaque fois…

florian kenavo voyageur diabétique

Les repas d’un diabétique, comment ça marche ?

Lorsqu’on est diabétique, on doit surveiller son alimentation. On doit, idéalement, ne pas manger de sucres rapides et avoir une quantité suffisante de sucres lents dans nos repas.

Je n’ai pas eu de soucis à ce sujet. En effet, on trouve l’apport de glucides dans toutes les cuisines du monde, que ce soit dans le riz, la feijoada, les pâtes, les galettes de maïs ou la poutine…

Pourquoi j’en parle ?

Je ne suis pas parti autour du monde avec la volonté de parler du diabète en voyage. Je voulais simplement assouvir ma curiosité et découvrir le monde. Mais une fois parti, je me suis rendu compte que j’avais là une opportunité de faire passer ce message :

« Vivre avec le diabète ne doit pas vous empêcher de vivre vos rêves ! »

En ce qui me concerne, mon rêve était de voyager. Mon diabète s’est adapté à ma vie et non le contraire.

J’ai reçu quelques messages de soutien via mon site, sur lequel je donne, quelques conseils pour la gestion du diabète en voyage. Des parents inquiets m’ont remercié car je leur redonnais espoir en l’avenir de leurs enfants malades, et là, j’avais tout gagné en faisant ce tour du monde.

En conclusion

Ces 11 mois furent les meilleurs de ma vie !

Je ne changerais rien à ce que j’ai fait si c’était à refaire. Le diabète ne m’a rien empêché de faire! J’ai donc voyagé comme n’importe quel voyageur, avec un peu d’organisation en plus (mais ce type de voyage en requiert de toute manière).

Cela fait quelques semaines que je suis revenu et je me demande souvent comment je pourrais faire pour repartir rapidement. La liberté et l’intensité de ces moments passés me manquent.

Alors, je ne peux vous dire qu’une seule chose à présent: Diabétique ou non, n’hésitez plus, lancez vous, partez découvrir le monde et appréciez chaque instant ! Vous ne le regretterez pas !

Kenavo Florian

Mon blog voyage : Troarbed.net  & ma page Facebook

En savoir plus sur le diabète :

faire le tour du monde et etre diabétique

Créateur de Vizeo.net, je suis parti réaliser mon rêve de faire le tour du monde en solo pendant un an. Durant mon voyage en sac à dos autour du monde, j'ai voulu partager ma passion à travers mon blog de voyage et mes vidéos....et depuis, je ne me suis jamais arrêté ! Mon but, vous montrer que c'est à la portée de tous et vous donner envie de partir à votre tour !

6 Commentaires

  1. Raoul bitembois Répondre

    Voyager avec un D.I.D peut être risqué sauf quand on a du fric ce qui est apparemment ton cas , ma cousine qui elle aussi à un D.I.D était partie 2 semaines à New-York , pour ses 2 semaines de vacances elle avait prise quelques Stylos d’insuline ( lente et rapide ) mais manque de chance car quelques jours plus tard elle se fait piquer son sac dans le Subway et après avoir déposé plainte chez les condés ricains , elle s’en ensuite déplacée au consulat Français pour avoir de l’ aide , mais le consulat n’a absolument rien fait ( ce qui est très souvent le cas car la France pour ce qui est d’aider ses ressortissants à l’ étranger est aux abonnés absents ) sauf bien sûr pour les célébrités et les familles de politiciens français … Comme il lui était impossible de se faire prescrire de l’ insuline elle est rentrée direct en France , comme quoi tout est relatif !

    • Hello Raoul, navré d’entendre ce qui est arrivé à ta cousine.
      C’est une fois de voire la vie. Florian (la personne diabétique qui a voyagé, fait le tour du monde et écrit cet article) a plutôt une mentalité à trouver des solutions au lieu de rejeter la faute de sa maladie et sa situation sur le monde entier. Il n’est pourtant pas riche. Il est prof. Et il a réussi à accomplir son rêve…certaine grâce à cette mentalité.
      J’envoie plein de belles ondes à ta cousine et je croise les doigts pour que le prochain voyage de ta cousine se passe bien, qu’elle soit plus vigilante avec son sac, surtout si il transporte des choses aussi précieuse pour sa santé.

  2. comment faire pour garder les stylos d’insuline à une température inférieure à 25 degrés lorsqu’on voyage dans des pays très chaud sans frigo ni électricité?
    merci
    marie

    • Bonne question ! Je pense que tu devrais lui envoyer directement un mail pour lui demander. Il saura te répondre 😉

    • Hello Alex et merci pour ton article !
      Je reviens de 2 mois en Asie, avec un diabète de type 1, et je n’ai comme toi qu’une envie, repartir, mais pour plus longtemps cette fois, donc une fois encore merci pour tes précieux tips !
      Marie, pour conserver l’insuline, je te conseille un truc génial que j’utilise depuis des années en voyage et même en France quand l’été pointe le bout de son nez, ce sont les pochettes Frio. Elles sont de mémoire gratuites, à commander auprès de la marque Frio (tu trouveras facilement leur site internet). Tu en as de plusieurs trailles et c’est très simple, il te suffit de plonger la pochette dans l’eau pendant 10-15 minutes, à l’intérieur il y a de petites billes qui ont la texture de petits cailloux quand elles sont sèches, mais une fois passées dans l’eau, elles prennent la texture de petites billes de gel et deviennent fraîches, donc il te suffit de re-plonger les pochettes tous les 4-5 jours dans l’eau pendant 5-10 min pour les maintenir dans cet état, mais avec ça tu peux indéfiniment garder tes stylos au frais !
      Elles existent en format 2 stylos, 4, et même 8 de mémoire, donc plus de problème d’insuline au frais !!
      Plus de raison de s’empêcher de voyager lorsqu’on est diabétique, ça demande juste un peu plus d’organisation (et en effet parfois de sous….) 🙂
      Bon voyage à tous !
      Claire

      • Merci Claire pour ce beau message et ces nouveaux conseils pour ceux veulent voyager malgré le fait qu’ils soient diabétiques. SUper mentalité, j’adore ! Je te souhaite pleins de beaux voyage et merci d’avoir pris le temps de nous faire part de ces tips sur mon blog voyage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.