Conseils pratiques

Travailler à l’étranger : l’exemple de Bali, la destination ultime ?

Pinterest LinkedIn Tumblr

Travailler à l’étranger fait rêver nombre de passionnés de voyage. Et forcément, quoi de plus excitant que mêler sa passion du voyage, de l’aventure et du dépaysement avec une opportunité professionnelle enrichissante ?

J’appelle Margaux Roux, je suis digital nomade entre Paris et Bali depuis 2 ans et je vais vous transmettre à travers cet article invité, mon expérience de travailler à l’étranger avec l’exemple de Bali.

Avec la montée en puissance du digital, les opportunités de travailler hors de nos frontières se sont décuplées, favorisant le développement des nouveaux modes de travail.

Ce « Future Of Work » brouille les frontières entre vie professionnelle et vie personnelle et permet aux salariés d’une entreprise ou aux travailleurs indépendants de prendre le large, l’ordinateur sous le bras, et de gagner leur vie de n’importe où à condition que le WiFi soit bon.

Bali, et plus particulièrement la ville de Canggu, est devenue la Mecque d’un nouveau phénomène, celui du digital nomadisme. Un bon moyen de réaliser son rêve de travailler à l’étranger ! On vous détaille les avantages et les inconvénients.

Le digital nomadisme, c’est quoi ? 

nomad digital canggu
Nomad_Digital_Canggu

Etre digital nomad signifie travailler à l’étranger ou de n’importe où à condition d’avoir une bonne connexion WiFi. Autant vous dire que les possibilités sont énormes ! Si c’est un phénomène assez répandu dans les pays anglo-saxons, il est encore à ses prémices en France.

Bien que le nombre de Freelances ne cesse d’augmenter année après année, peu d’entre eux ont franchi le pas de l’expatriation. Les professions concernées : Rédacteur, Graphiste, Développeur Web, Traducteur, Illustrateur, Monteur Vidéo, Photographe, Développeur front-end, Community Manager, Chargé de communication.

On trouve également parmi les personnes venues s’installer à Bali pour travailler beaucoup d’infopreneurs (coachs en ligne), de spécialistes du dropshipping (boutique en ligne sans gestion des stocks et logistique liées aux envois à gérer) ainsi que d’entrepreneurs textiles (beaucoup font produire leur ligne de vêtements à Java ou Bali pour vendre en Europe).

Si tu as envi toi aussi de devenir nomade digital, je t’invite à lire cet article sur comment se lancer en 10 étapes pour devenir nomade digital

Etre digital nomad à Bali, comment ça se passe ? 

le hub travailler a bali marine graham
Le_Hub_Marine_Graham

Bali étant le premier hub mondial du digital nomadisme, tout y est propice au travail. Des espaces de coworking fleurissent depuis quelques années, offrant un cadre de travail à la fois propice à la concentration et empreint d’accents tropicaux.

On s’y sent à la fois concentré et détendu, au contact de Freelances du monde entier venus chercher sur l’île des Dieux une expérience de travail à l’étranger couplées à qualité de vie unique.

Ici, Orient et Occident cohabitent dans une parfaite harmonie, et les digital nomads y trouvent le parfait compromis : coût de la vie bas, offre de logement pléthorique, espaces de travail aménagés, bonne connexion WiFi, vie sociale et professionnelle active, aventure, yoga, salle de sport et surf à la porte de l’espace de coworking et un été qui dure toute l’année.

Avec 1000 euros par mois, il est possible d’y vivre, sans excès bien sûr mais confortablement !

Travailler à l’étranger, qui sont les digital nomads à Bali ? 

travailler a bali surf marine graham
Surffer_à_Bali_Marine_Graham

Bali rassemble des personnalités à la fois très singulières et similaires : des individus qui, chacun à leur tour, ont choisi de vivre leur vie telle qu’ils le souhaitaient. Qui ne se sont pas contentés du statu quo.

Qui ont choisi de prendre des risques pour s’épanouir pleinement. Qui ont remis en question l’ordre établi pour réaliser leur potentiel. Un melting pot explosif qui offre à chacun de multiples opportunités d’inspiration, de collaboration et de développement.

Il n’est ainsi pas rare de rencontrer des « slasheurs », à la fois freelances, entrepreneurs, coachs ou encore professeurs de langue ou de yoga, ayant en parallèle monté une marque de vêtement, de bikinis ou de bijoux !

Chacun profite des multiples atouts de Bali pour réaliser ses aspirations les plus profondes.

Vivre et travailler à Bali, ça donne quoi ? 

travailler a bali surfer marine graham
Chiller_Surfer_Bali_Marine_Graham

Bali offre de multiples opportunités d’aventure et de dépaysement. Si la plupart des digital nomads sont basés à Canggu, nombreux sont ceux qui prennent le large pour quelques jours ou quelques semaines à la recherche d’un endroit plus calme et sauvage.

Les adeptes de plongée pourront poser sac-à-dos et ordinateur le long des lagons d’Amed, les amoureux de farniente iront travailler au bord des eaux turquoises de Nusa Lembongan, les aficionados de spiritualité et de jungle luxuriante trouveront leur bonheur à Ubud, quand les surfeurs acharnés se lanceront à l’assaut des falaises du Bukit.

Au-delà de son propre territoire, Bali offre une fenêtre sur toute l’Indonésie, les pays du Sud-Est asiatique et même l’Australie. De Java à Singapour, de Sumatra à Kuala Lumpur, de Perth à Bangkok, la zone géographique au sein de laquelle se trouve Bali vous promet dépaysement, visites et explorations en pagaille.

Pour vous donner une idée :

  • Denpasar-Perth (Australie) : billet à partir de 50 €, 3h45 de vol
  • Denpasar-Jakarta (Java) : billet à partir de 40 €, 1h50 de vol
  • Denpasar-Padang (Sumatra) : billet à partir de 90€, 2 vols et environ 5h20 de trajet
  • Denpasar-Bangkok (Thaïlande) : billet à partir de 50€, 4h50 de vol
  • Denpasar-Singapour : billet à partir de 45 €, 2h40 de vol
  • Denpasar-Kuala Lumpur (Malaisie) : billet à partir de 50€, 2h55 de vol

Travailler à l’étranger, les inconvénients de travailler à Bali 

Bien sûr, il y en a, à commencer par les visas.

1. Les visas

L’immigration est extrêmement contrôlée à Bali, notamment parce qu’elle accueille un nombre incalculable de touristes et de digital nomads.

  • Le visa touriste dure 30 jours, il est gratuit et accordé à l’arrivée.
  • Le visa on arrival (VOA) permet de rester 60 jours. Il coûte environ 80 euros et demande de mettre en oeuvre des démarches une fois sur place. Il vous faudra notamment aller à l’immigration pour déposer vos empreintes digitales en cours de séjour.
  • Le visa business, à faire faire à Singapour ou Kuala Lumpur, permet de rester 60 jours d’affilée sans démarche ni surcoût.
  • Le visa social permet de rester 6 mois d’affilée. Il est à faire faire en France avant le départ (visa touriste à étendre une fois sur place) ou à Singapour ou Kuala Lumpur.

Je t’invite à lire aussi l’article sur les assurances quand on est Nomade Digital !

En gros, il faut bien garder en tête que pour la plupart des Freelances qui travaillent à Bali sortent du territoire tous les deux mois vers la destination la plus proche (Singapour ou Kuala Lumpur mais cela peut être ailleurs) pour renouveler leur visa lorsque celui-ci arrive à son terme.

Tous les tarifs des visas sont disponibles ici.

2. Les conditions météorologiques et géologiques 

Bali est située sur la ceinture de feu du Pacifique. Il n’est pas rare que des tremblements de terre ou des éruptions volcaniques se déclenchent et ce tout-au-long de l’année. Des évènements qu’il s’agit de surveiller avant de partir, mais également en étant sur place afin de ne courir aucun risque.

Du point de vue de la météo, Bali connaît deux saisons dans l’année : la saison sèche de mars à octobre et la saison des pluies de novembre à mars. Certaines saisons des pluies sont extrêmement violentes avec des inondations et d’énormes orages. Attention aux déplacements mais aussi à l’étanchéité du logement !

3. Le trafic 

trafic bali
Trafic_Bali

Si Bali fait rêver, la réalité des conditions de circulation souvent denses et encombrées fait déchanter plus d’un touriste ! Oubliez la voiture pour adopter le scooter, et prenez le rythme de ce « bazar organisé » qu’est le trafic balinais.

Attention toutefois : énormément d’étrangers ont des accidents, finissent à l’hôpital voire rapatriés en France. Et surtout, on n’oublie pas le casque !

4. Travailler à l’étranger et le tourisme de masse 

Le sud de Bali notamment est une gigantesque station balnéaire avec tous ses travers. Nightclubs, beach clubs bondés, population de fêtards, grands complexes hôteliers, constructions qui gomment petit-à-petit les rizières du paysage, boutiques de prêt-à-porter et de souvenirs, restaurants et cafés à la décoration prête-à-poster sur Instagram… bienvenue au coeur du tourisme de masse 2.0.

Vous avez également dû voir ces terribles images de plages jonchées d’emballages plastique : c’est une réalité durant la saison des pluies qui draine tous les déchets de l’île pour les emmener jusqu’à l’océan.

Bali est d’ailleurs aujourd’hui dans la liste « No go » de Fodor : les touristes sont encouragés à partir ailleurs pour passer de bonnes vacances (voir ici).

5. L’éloignement

Bali est à 12 000 kilomètres de la France. Une destination qui demande d’être prêt à s’éloigner autant de sa base et de ses repères. Côté travail à l’étranger, le décalage horaire est également un élément à prendre en compte.

Selon les requêtes de vos clients ou de votre employeur, vous serez peut-être amené à travailler tard le soir : cela doit être anticipé car ne convient pas à tout le monde.

Par exemple, quand il est 14h chez votre client, il est 20h à Bali en été et 21h en hiver. Enfin, c’est un élément à prendre en compte concernant les prix des billets d’avion et les temps de trajet.

Un vol Paris-Bali dure minimum 17 heures avec une escale obligatoire. Un billet A/R Paris-Bali coûte environ 600€ (plus ou moins cher selon les compagnies et le nombre d’escales) et le trajet dure au moins 24h avec les changements de vols.

Et si on n’est pas digital nomad mais qu’on veut travailler sur place ? 

chiller plages bali
Chiller_sur_les_Plages_de_Bali

Sans vouloir vous décourager car tout est possible, se faire embaucher à Bali est un vrai casse-tête. Le gouvernement est extrêmement protectionniste et privilégiera toujours les locaux aux occidentaux.

Cela dit, beaucoup d’occidentaux ont monté des business sur place et préfèrent confier les tâches à responsabilité à des occidentaux, pour éviter les quiproquos liés aux différences culturelles : à vous de vous faire les bons contacts ou d’être au bon endroit au bon moment.

Pour autant, les salaires restent bas. Pour vous faire une idée, le salaire de base d’un indonésien est de 180 euros. Ne vous attendez pas à gagner des milliers ! Le visa de travail est très intéressant, c’est le Kitas qui vous permet de rester 1 an sur place sans démarches à réaliser.

Autrement, vous pouvez monter une entreprise mais les démarches sont là encore très compliquées et cela coûte cher : il faut connaître et le vouloir.

Beaucoup ont très bien réussi, mais d’autres s’y sont cassés les dents. Vous trouverez toutes les informations utiles ici.

Conclusion sur travailler à l’étranger

Bali présente de multiples avantages et un cadre de vie idyllique. S’y installer requiert néanmoins de l’organisation et de la détermination, mais si vous êtes un voyageur passionné et aguerri, vous ne devriez pas en manquer !

Côté développement personnel et professionnel, c’est une expérience formidable et très épanouissante, sans parler du peuple balinais extrêmement chaleureux et empreint d’une culture très riche.

Bali est une vraie destination hybride, une bulle d’occident dans un pays en voie de développement totalement musulman, qui effacerait presque, dans sa faille spatio-temporelle, les inégalités nord-sud.

On s’y sent « comme à la maison » et c’est un réel plaisir d’y vivre… s’y on s’accommode ses quelques points noirs ! C’est en tous cas de l’avis général, une belle expérience qui a l’avantage de nous sortir de notre zone de confort, de nous confronter à nous-même et de nous faire grandir dans le bon sens.

Tu peux aussi jeter un oeil sur les incontournables à voir à Bali !

Margaux Roux, l’auteur de cet article invité :

  • Je suis Freelance, digital nomade entre Paris et Bali depuis 2 ans et que je coache les appétents indépendants nomades avec un Ebook et une offre de Coaching
  • J’ai fondé le Hub Nomade, collectif de Freelances entre la France et Bali
  • Je suis professionnelle de la communication institutionnelle
  • Je suis associée chez Chacun Son Café, une aventure entrepreneuriale à impact

On peut me contacter / suivre sur Linkedin et Instagram.

Créateur de Vizeo.net, je suis parti réaliser mon rêve de faire le tour du monde en solo pendant un an. Durant mon voyage en sac à dos autour du monde, j'ai voulu partager ma passion à travers mon blog de voyage et mes vidéos....et depuis, je ne me suis jamais arrêté ! Mon but, vous montrer que c'est à la portée de tous et vous donner envie de partir à votre tour !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.